Equity crowdfunding

Y aurait-il « un problème de fond de l’equity crowdfunding » ?

Le crowdfunding dans sa composante « equity » (intervention au capital de sociétés) dérange la profession… On voit fleurir de nombreux articles ou post  mettant en garde sur la dangerosité de tels placements.

Effectivement, ces placements sont risqués et le régulateur, l’Autorité des Marchés Financiers, ne cesse de le rappeler dans des documents très didactiques. Et c’est justement pour cela que cette dernière pilote directement sans intermèdiaire le suivi des plateformes accréditées Conseil en Investissements Participatifs, nouvel « agrément » issu de la loi sur le crowdfunding n° 2014-559 ordonnée le 30 mai 2014, décrétée le 16 septembre 2014 (n° 2014-1053) et appliquée depuis le 1er octobre de cette même année.

Le problème viendrait non seulement des entrepreneurs qui prendraient les investisseurs pour des gogos mais encore de l’immaturité des plateformes qui obérerait les sorties des nombreux investisseurs, piégés dans leur investissement.

C’est à minima mal connaître la motivation des investisseurs et prendre la « foule » pour plus bête qu’elle ne l’est… C’est méconnaître également les modèles avec holding intermédiées.

Si la liquidité reste un vrai débat dans la chaîne du financement des jeunes entreprises innovantes en France et nécessite plus de fluidité à l’image du venture capital américain par exemple, proposer une sortie grâce à un marché secondaire est à ce jour assez illusoire. Quels sont les vrais volumes d’échange pour des particuliers sur Alternext, sur des bourses régionales ou sur des systèmes multilatéral de négociation? Il ne faut pas les confondre avec les montants des levées primaires qui y sont réalisées et qui sont largement majoritaires…

Quant à la notion de prise de risque, je vous recommande la lecture de l’article d’Elodie Manthé.

Le crowdfunding s’inscrit dans le paradigme des communaux collaboratifs décrits par Jeremy RIFKINE et à ce titre s’intègre dans une nouvelle approche et de nouveaux comportements.

Il ne s’agit plus uniquement d’une attente de rentabilité financière, même si cette dernière ne peut pas être totalement éliminée. La première motivation d’un investisseur sur WiSEED est le choix ! La seconde est la mesure de l’impact sociétal de son épargne et de la création de richesses au sens large. La troisième est de participer… Et la quête de rentabilité arrive en 4 ème position.

Si les modèles de sortie sont nombreux (et prouvés !), il en reste sans doute à inventer !


Thierry MERQUIOL
Président du conseil de surveillance,
co-fondateur

 

Une réflexion sur “Y aurait-il « un problème de fond de l’equity crowdfunding » ?

  1. charles dit :

    Le problème de fond de l’equity crowdfunding ne tient pas dans son risque mais dans la compréhension du risque. En France, la culture économique populaire est relativement moins développée que chez nos voisins Anglo-saxons. En effet, par exemple l’environnement fiscal a conduit à créer une confusion importante entre la liquidité d’un produit financier et l’avantage fiscal qui pourrait en découler. Ainsi, il devient difficile de faire comprendre par exemple que l’argent placé sur un PEA en société du cac40 est beaucoup plus liquide que l’investissement direct dans une PME.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s