WiSEED a 8 ans, WiSEED en 8 temps…

2008, la genèse

Thierry, mars 2008 : « Nicolas, tu connais mymajorcompany et myfootballclub.co.uk . Et si on finançait l’achat d’un domaine vinicole grâce à la finance participative ? D’une pierre, trois coups : l’accès à une propriété dans les Corbières (un rêve !), le réseau de distribution par et via les nombreux actionnaires, une gestion participative du développement du domaine…

Nicolas : Excellent ! le domaine de Saint Martin de Toques est en vente je crois…

chateau de st martin

Thierry, quelques jours plus tard : Ça va être compliqué ! Appel public à l’épargne, prospectus, Autorité des Marchés Financiers, réglementation, coûts,… En plus, nous ne sommes pas spécialistes du secteur : ni financiers, ni œnologues, ni spécialistes viti/vinicoles. Ça va être compliqué…

Nicolas : Tu as raison. Mais je crois que l’idée de départ est excellente. Dans quel domaine serions-nous plus légitimes ou crédibles? 10 années cumulées à l’incubateur Midi-Pyrénées, on pourrait partir de là non ?

Thierry : le financement participatif de startups ? Pour combler la vallée de la mort que traverse toutes les jeunes entreprises innovantes en amorçage ! Un véritable besoin, une cause magnifique ! De quoi faire bouger les lignes et changer le monde ! Creusons la piste…

Thierry, avril 2008 : Banco, financer les startups en capital par des investisseurs particuliers pour redonner du sens à leur investissement, c’est l’idée du siècle ! Au moins de l’année… La voie est libre (Note: ça aurait dû nous mettre la puce à l’oreille !).

Nicolas : Et une première mondiale ! Let’s go ! On appelle ça comment ?

Thierry : MyStartupCompany ? Pas mal pour un site web, moins bien pour une entreprise…

Nicolas : Du capital-risque pour l’amorçage par des particuliers, du crowdfunding pour les startups, equity, seed capital…

Thierry : Oui, SEED c’est bien ! Oui à l’amorçage !  Du gagnant- gagnant, win-win… Incubateur, pépinière, semons, récoltons ensemble, We Seed… »

Mai 2008 : WiSEED est sur les fonts baptismaux du greffe de Toulouse, née d’un kaïros que nous avons su saisir, yeux ouverts, nez en l’air dans l’univers des communaux collaboratifs.

Honnêtement, à cet instant précis, nous avons oublié ou étouffé les mots qui nous avaient fait renoncer à notre idée initiale. Nous avons fait fi des avertissements originels de nos conseils juridiques, bref, nous avons zappé le sage conseil de Gandalf dans le premier opus du Seigneur des Anneaux: « fuyez pauvres fous!« .

C’est bien parce que nous ne savions pas que ce serait impossible que nous l’avons fait !

2009, les premiers dossiers financés

Premiers salariés, levée de fonds en janvier 2009 auprès d’un family office français,  lancement de la première version du site www.wiseed.com, les 500 premiers membres, une communauté naissante et enthousiasme. Et les deux premiers projets financés par 50 souscripteurs pour 120 000 euros… L’aventure est lancée !

2010, la première crise (financière) et le premier pivot

Thierry : « Pendant 6 ans à l’incubateur Midi-Pyrénées, je n’ai cessé de préconiser aux créateurs et aux porteurs de projet de prendre garde au confort post-levée de fonds et de leur marteler que leur trésorerie était plus importante que leur mère… Qu’il fallait tenir dans la durée. »

Et paf, en mai, plus de trésorerie, ruptures conventionnées impératives (1 000 mercis à nos collaborateurs de l’époque !), deux crans de plus à nos ceintures, retour partiel à l’incubateur…

Nicolas : « une histoire de cordonnier… »

Première leçon : ne pas tout attendre de ses actionnaires et agir dans l’urgence sans précipitation. WiSEED sera sauvée par des investisseurs providentiels mais ce sera un lot de galères, privations et résilience jusqu’à mi 2011.

2012, la seconde crise (réglementaire) et la première sortie positive mondiale !

Année des contrastes : notre première sortie (très) positive (et en vérité un peu inattendue) mais également la fermeture du site :

ANTABIO trouve son second tour de table et les WiSEEDERS récupèrent leur mise avec une rentabilité de 45% annuelle ! Une très belle aventure qui valide notre intuition du crowdfunding de startups et qui établit notre preuve de concept. Une grande fierté aussi : sans WiSEED, Antabio n’aurait sans doute pas eu le même destin…

En juillet, la boîte aux lettres crache la sentence de l’AMF : après des mois de discussion pourtant constructive et plutôt favorable, le régulateur nous demande de fermer notre site et de nous mettre en conformité d’une réglementation forcément inappropriée aux nouveaux modèles participatifs… Rideau baissé pendant 3 mois le temps de trouver une solution réglementairement conforme, économiquement et techniquement inadaptée donc forcément temporaire. Nouveau pivot…

2013 ou comment rebondir au bord d’un précipice et camper à Bercy (au ministère, pas au palais omnisport…)

Nouvelle année paradoxale mais une constante : nous apprenons tous les jours !

WiSEED est cooptée pour participer activement aux Assises de l’Entrepreneuriat voulues par le Président Hollande et orchestrées par Fleur Pellerin sa ministre déléguée.

Les débats sont passionnants, parfois passionnés. Thierry découvre les arcanes du pouvoir, quasiment tous les bureaux de l’aile des Ministres de Bercy et finalement les véritables pilotes de la France : les inspecteurs/trices de la direction générale du Trésor

Rencontres multiples avec les Cabinets et les Ministres (il y en avait trois de chaque : Moscovici, Montebourg et Fleur Pellerin). Il y a là de quoi écrire un roman (peut-être un autre post dédié aux incroyables rebondissements et aux pièges de ces lieux). Mélange d’admiration (intelligence de certains, courage d’autres), de stupéfaction (testostérone et cour de récréation),  de découragement (puissance des lobby), et enfin de fierté (la loi répondra in fine aux attentes). Mais que d‘entropie !

ELYSEE

Occupée à faire autre chose, WiSEED a failli ne pas voir fleurir le muguet de 2013. Nouveau coup bas de notre trésorerie et une assemblée générale extraordinaire tendue où rode l’ombre d’une liquidation.

Les mains vides des actionnaires pèsent sur les épaules des fondateurs : « trouvez vite une idée » nous disent-ils… Nicolas pousse la logique : une solution participative bouclée en 48h apporte 1 million d’euros (5 fois plus que demandé!).  WiSEED, au bord du précipice, fait un grand pas en avant 😉

2014, le Graal et l’aéroport de Toulouse

Après une année 2013 dans les couloirs de Bercy, la loi sur le financement participatif est ordonnée en mai 2014. Les décrets d’application sont publiés en septembre . Le diable se cache dans les détails mais l’essentiel est préservé : le statut de Conseil en Investissements Participatifs sera effectif le 1er octobre 2014.

Cette reconnaissance, fruit d’un travail acharné par les acteurs de la profession au premier rang desquels WiSEED s’est investi, sonne le véritable démarrage du crowdfunding en France (pionnière en Europe et dans le Monde). La confiance des investisseurs est libérée, les souscriptions s’envolent, l’intérêt des acteurs de la finance se réveille.

WiSEED est prête, tous les collaborateurs sont sur les starting-blocks, la nouvelle présidente Stéphanie Savel prend les rennes…

2014 c’est aussi cette opération de tentative de « rachat » de l’aéroport de Toulouse. Plus précisément, il s’agit de racheter une partie des parts que l’Etat détient dans la société d’exploitation de l’aéroport, finalement vendues à un consortium chinois sulfureux… Le succès est immédiat et nous impressionne: en 15 jours 10 000 particuliers venant de tous les départements français métropolitains et ultra-marins se mobilisent pour investir plus de 20 millions d’euros ! Et 3 semaines d’antennes nationales sur les principaux médias… (le crowdfunding sort des projets sportifs, culturels, et des startups pour des dossiers d’infrastructure rentables et qui touchent au « patrimoine » collectif). L’offre faite à l’Agence des Participations de l’Etat n’aboutie pas… Une prochaine fois sans doute!

2015, le décollage

Plus de 25 millions d’euros sont souscrits via la plateforme (+40 depuis le lancement en juin 2009!). La communauté forte de 65 000 membres montre chaque jour que la finance participative est un formidable moteur pour le développement économique. Nous sommes frappés par son intelligence collective que nous voulons encore plus exploiter pour le compte des sociétés financées. L’idée d’un accélérateur participatif est né… il vous sera présenté très prochainement.

Un nouveau produit d’investissement est apparu aux cotés des actions : des obligations pour la promotion immobilière (déjà testées depuis 2011). Un succès, une diversification du risque.

Nous sommes plus de 35 collaborateurs, à Toulouse, Lyon, Paris et Limoges.

2016, 8 ans après…

L’année de l’expansion en profondeur et en surface. De nouveaux produits tels que les titres participatifs pour les entreprises coopératives (là encore, toujours un peu en avance par rapport à la réglementation…).  ADN quand tu nous tiens! Bientôt des produits patrimoniaux viendront compléter la gamme. De nouveaux territoires européens et plus lointains seront défrichés et conquis.

Bientôt 100 000 membres !

L’histoire continue, s’accélère. Elle est belle, comme nous l’avons voulue malgré des vents contraires, grâce à des courants favorables, portée par une équipe formidable.

Nous sommes épatés !

Grâce à tous les WiSEEDers, à tous ces optimistes qui financent les optimistes…

Qu’ils en soient ici remerciés !

Thierry et Nicolas

thierry_merquiol nicolas-seres

12 réflexions sur “WiSEED a 8 ans, WiSEED en 8 temps…

  1. Manu dit :

    J ai connu WiSEED en 2012 dans la tourmente et investi modestement en 2013. Je ne regrette pas. Bravo à l ‘équipe de Warriors qui ont cru à l’innovation. Bravo Nicolas, bravo Thierry et tous ceux qui ont ramé dans la houle et contre le vent… souvent dans l’ombre.
    Une pensée pour les inconscients de wicap wiseed comme moi qui ont dit « chiche »
    La route est désormais ouverte, venez nombreux … welcome !

    Aimé par 1 personne

    • merquiol dit :

      Merci Manu ! Y avoir cru à l’époque était effectivement « gonflé ». Mais ne dis t-on pas « no risk – no fun » ? Grâce à vous, nous l’avons fait…

      J'aime

  2. Nicolas Forey dit :

    Admiratif de ce vrai parcours d’entrepreneurs,
    Comblé de faire (enfin depuis le temps… 🙂 ) partie de cette aventure et de cette belle équipe,
    Optimiste parmi les optimistes pour l’avenir de WiSEED…
    Paré pour les prochaines galères et les très belles histoires à venir…

    Aimé par 1 personne

  3. Jérôme dit :

    Un début de vie d’entreprise méconnue. Mais je suis ravi de participer, année après année, à la vie de start-ups françaises (semer; we seed) mais aussi de Wiseed. Bravo, et Merci pour cette belle aventure toulousaine, nationale …

    J'aime

  4. Jaunay dit :

    Bravo à vous deux !
    Restez vigilants pour que l’esprit pionnier demeure !
    Merci d’avoir contribué à faire vivre le participatif… Tu te souviens sans doute, Thierry, que nous avions remarqué à l’époque où démarrait Wiseed que des épargnants frappaient à la porte des réseaux de business angels pour investir des « petits » montants (la solution plate-forme et l’attente sociétale étaient bien cohérentes !), et que nous avions créé, à partir de cette observation (nous c’est des membres de France Angels : Patricia Rivalier !, Stéphanie Savel ! et moi) un groupe de réflexion sur le sujet et des séminaires de travail à la Bourse… Belle histoire et à de nouvelles aventures !
    André Jaunay

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s