POIETIS dans la peau…

Voici l’histoire d’une belle rencontre… En 2015, Bruno Brisson que j’avais croisé sur un dossier toulousain que WiSEED n’a finalement pas financé, m’a présenté la société POIETIS et son dirigeant Fabien Guillemot, chercheur à l’INSERM. Comme dans toute rencontre, moins de 5 minutes ont été suffisantes pour valider notre compatibilité, tant WiSEED versus POIETIS, que moi même versus ses dirigeants. Tentons une analyse tant verbale que non verbale !

Je suis très sensible au symbolisme des noms. En grec ancien, le verbe ποιέω signifie en premier lieu « faire, créer, produire, fabriquer, exécuter, confectionner ». Plus finement, il s’agit de « faire avec art, composer » et de « faire pour soi ». En soi, appliqué à la thérapie cellulaire personnalisée, tout un programme ! Cette notion de « faire avec soin » transparaît dès que l’on franchit la porte des locaux de POIETIS à Pessac (à un jet de pierre de Haut Brion, autre référence dans le domaine de l’art et du soin…).

Une belle rencontre…

L’ambiance y est à la fois studieuse, blanche, propre mais aussi conviviale, dans un rythme où on se hâte lentement, où les post-it s’alignent pour mieux se déplacer et achever leur course dans la colonne « réalisé ». Les longs couloirs distribuent les laboratoires, bureaux et autres salles blanches (mais aussi l’atelier !) et sont propices à la marche. Ils conduisent à la salle de réunion dont le réseau GSM ne franchit ni murs ni fenêtres, ce qui laisse l’esprit tout à sa concentration ici et maintenant. Les séances du conseil de surveillance a minima trimestrielles y sont d’autant plus efficaces…

Comme nous tous, je suis très sensible à la personnalité des dirigeants et à leur ADN. Fabien et Bruno sont très différents mais aussi très compatibles. Bruno, rapide mais posé, à l’écoute mais tenace, pragmatique mais orienté vers les solutions complète bien Fabien, plus calme mais ferme et déterminé, à l’écoute mais avec souvent un coup d’avance, une voix grave qui rajoute à ses convictions étayées de scientifique et des silences où on peut presque entendre ses neurones dialoguer.

J’ai pu, au fil des conseils de surveillance, remarquer à quel point leur capacité d’écoute était leur point fort ainsi que leur capacité à décider devant des choix stratégiques impactants. Notre rôle dans ces conseils ne consiste en fait qu’à être le révélateur d’images ou de décisions qu’ils ont déjà prises et à les compléter à la marge. Je suis membre de nombreux conseils de surveillance, comités stratégiques ou de conseils d’administration… je suis toujours étonné (et ravi) de ceux  de POIETIS où le mot « échange » prend tout son sens.

Depuis 2015 et notre première intervention capitalistique dans POIETIS (presque 1M€ souscrits par 800 WiSEEDers, un record !), j’ai suivi les développements techniques annoncés et réalisés. Dans la mesure de mes moyens intellectuels dans le domaine, je peux affirmer aujourd’hui que la nouvelle version de la bio-imprimante est bluffante ! Encore une fois, le choix du « bien faire » se voit à tous les niveaux : compacité, design, interface homme-machine. Et je ne parle pas des exploits techniques dont je ne peux qu’effleurer le potentiel.

poietis V2

Côté business, on sent bien que le marché est au rendez-vous de cette technologie de rupture (bio-impression laser). Les signatures avec des grands comptes s’enchaînent, d’abord sur des projets de test, puis des projets plus pérennes. BASF, L’OREAL sont séduits. Bien d’autres encore que la confidentialité ne me permet pas de citer ici.

Bien sûr, comme dans tout business avec les grands comptes, les temps de discussion, négociation, exécution sont plus longs qu’imaginés. Le développement du chiffre d’affaires s’en ressent mais Bruno et Fabien savent adapter les dépenses de la société à ce rythme. La recherche et l’obtention de subventions prestigieuses sont aussi une voie de financement précieuse pour gagner du temps.

Vers la clinique…

Plusieurs modèles économiques sont à la portée de POIETIS : fournir des modèles pour les essais pré-clinique (à la manière d’une CRO), vendre des bio-imprimantes, vendre du service basé sur les big data. Après des discussions stratégiques passionnantes, Fabien et Bruno ont choisi d’orienter le développement de POIETIS vers la production clinique des tissus humains.

En fait, ce choix est dans les gènes de POIETIS. Cette décision oriente la société vers un futur très ambitieux et une valorisation potentielle très élevée. Elle nécessite des moyens humains et financiers spécifiques. C’est l’objet de la nouvelle levée de fonds que nous proposons sur WiSEED où vous trouverez plus d’informations.

Sur ce blog, nous ne sommes pas coutumier du fait de présenter les dossiers en cours de levée de fonds. Mais POIETIS fait exception. Exception sur les montants levés initialement en 2015 et le nombre de souscripteurs, exception sur la réalisation des promesses écrites dans le business plan, exception sur la capacité d’écoute des dirigeants, exception sur l’impact que cette technologie va induire sur les traitements personnalisés, exception sur la valorisation potentielle d’ici 2020.

Mais surtout exception sur un état d’esprit 100% WiSEED compatible. Faites comme moi, investissez* !

thierryThierry Merquiol

Co-fondateur

WiSEED

 * Investir dans des startups peut être très enrichissant, mais cela implique un certain nombre de risques. Si vous choisissez d’investir dans Poietis, comme dans les autres startups en financement sur WiSEED, vous devez connaitre et accepter 4 points importants : la perte de capital (maximum 100%), le manque de liquidité, la rareté des dividendes et la dilution. En savoir plus.

7 réflexions sur “POIETIS dans la peau…

  1. Grenouille dit :

    Poietis est un symbole fort du crowdfunding . l’exemple parfait de ce que l’on peut en attendre !

    1. Tout d’abord par ce qu’il représente d’innovation technologique:
    Un projet extrêmement technique , qui ouvre des horizons larges et fait rêver . Lorsque j’ai lu , lors de mon premier investissement que l’impression laser avait la précision « de la cellule » , je me suis dit , c’est un nouveau monde que nous découvrons .

    2. Ensuite un modèle qui va dans le sens sociétal
    A une époque où l’expérimentation sur les animaux est fortement remise en cause , il est rassurant de voir que la cosmétologie s’engage dans une démarche où Poietis va apporter une réponse .

    3. Un modèle économique
    De la quinzaine de startups dans lesquelles j’ai investi , Poietis est celle qui a la communication la plus développée , la plus claire et des budgets qui se tiennent au business plan . Remarquable !

    4. Un respect des crowdfunders
    La communication de Poietis n’ignore pas les petits porteurs que nous sommes . Elle nous fait participer largement à sa vie , et c’est un grand plaisir que d’en voir le développement , presque chaque mois

    Je suis extrêmement heureux d’avoir investi et réinvesti . Très fier , également , de participer à cette belle aventure , que je suis à chaque communication de manière presque « gourmande » . Lorsque je discute avec des amis de Crowdfunding , c’est la startup que je cite en exemple .

    Je tiens également à spécifier qu’en dehors des quelques actions que je possède via Wiseed sur Poietis (je ne suis qu’un tout petit porteur) , je n’ai pas d’autre lien avec Poietis , et que ce texte n’a pour seul objectif que de témoigner de ma très grande admiration pour cette startup et son équipe .

    Aimé par 1 personne

  2. Jérôme dit :

    Bonjour,
    J’ai participé à la première levé, impressionné par le défi proposé par Poétis.
    Effectivement je n’avais aucune compétence pour évaluer la start-up, mais l’équipe au fil des réponses sur le forum a su être convaincante.
    Pour ce second tour de table avec Wiseed, je suis enthousiaste par le travail délivré depuis 2 ans. Je ne suis pas un « malade » du respect des BP, car je pense que cela peut-être dur, pas bien anticipé, des coquilles peuvent arriver tous le jours, et pour autant cela ne remet pas en cause la viabilité du projet. Pour Poétis, j’ai donc déjà effectué ma participation à cette seconde levée, confiant dans l’évolution positive de ces prochaines années de la société.
    Je suis curieux de lire ce que va écrire Michel Nizon, sur cette levée en equity crowdfunding. Il est généralement assez sévère (après tout pourquoi pas quand on comprend les quelques exemples terrifiants du crowdfunding qu’il décrit sur divers plateformes) alors cette fois-ci Poietis(/Wiseed) est sur le gril. Suspens.

    J'aime

  3. Jérôme dit :

    Je laisse le lien ici :
    http://www.michelnizon.com/les-3-melanomes-caches-de-la-peau-en-apparence-lisse-de-poietis-sur-wiseed/
    Par particulièrement d’accord mais c’est intéressant d’écouter les arguments de tout le monde.
    La valo est peut-être élevée, la techno unique et pas forcément le standard que veut imposer depuis 2007 Organovo. Pour une start-up de 2014 je trouve quand même le travail accompli enthousiasmant. Bien entendu on valorise les futures réalisations. Donc si cela ne se passe pas bien, du retard etc… forcément, cela pourra être impactant. Mais après tout je crois que l’on en a conscience !? Si d’autres ont des compétences pour débattre des techno et de l’armoire normande ^^

    Aimé par 2 people

    • thierrymerquiol dit :

      Bonjour Jérôme,
      Vous avez raison, l’avis de chacun est respectable. Toutefois, il faut bien analyser l’origine de cet avis et ainsi se faire une idée de sa valeur, de son objectivité et de sa pertinence. Dans le cas présent, il provient d’un spécialiste du jeu vidéo au style habituellement mordant, souvent provoquant toujours très critique quelque soit le sujet (c’est sans doute un fonds de commerce).
      Or, si la critique est aisée, l’art est difficile… La manipulation de cellules humaines, les conditions GMP, la réglementation, des pans cachés (car confidentiels) sont des arguments entre autres que l’on peut mettre en face de cette analyse dont la brillance est celle du toc… Claude Allègre en février 2002 avait raison: « la première qualité d’un créateur, c’est le courage/ le courage d’affronter le scepticisme, le conformisme et, finalement la jalousie… »

      J'aime

  4. Grenouille dit :

    Le commentaire de M Nizon fait partie du genre de commentaires qu’on lit systématiquement dans les avancées techniques , articles parfois subventionnés par la concurrence , parfois n’ayant pour seul objet de faire exister leur auteur, ou de répandre son fiel accumulé par sa propre turpitude .

    Personnellement , je n’ai rien lu de probant dans cet article , qui renvoie à ce que nous connaissons déjà : le besoin de trésorerie des startups , la concurrence acharnée , le marché à créer avec ce qui n’existe pas , et n’existera peut être pas ou trop tard . On le sait -ou on devrait le savoir ….

    En tout cas , l’argumentaire utilisé par ce critique de salon , qui dénigrerait un Pasteur ou un Fleming au motif de la loi de Moore (loi qui n’a rien de rationnelle , d’ailleurs !), use d’un style d’écriture qui oscille entre celui de la presse à scandale et des journaux politiquement radicaux . Rien de rationnel , juste du mépris , de la morgue et beaucoup de misanthropie . Aucun intérêt ….

    J'aime

  5. Michel Nizon dit :

    Bonjour, Je viens de lire vos commentaires. Pour répondre à Jérôme et sa question : Voici les 15 principales bio-imprimantes au monde. Toutes sont à extrusion : https://3dprintingindustry.com/news/top-10-bioprinters-55699. Ce serait bien qu’on puisse avoir une vraie discussion sur le choix technologique de l’imprimante. Oublions la loi Moore 5 minutes, ce qui est irréfutable c’est la tendance:Miniaturisation croissante, la baisse des prix des composants et l’augmentation des capacités de tout matériel informatique. Je viens de lire qu’en Asie on fait déjà des greffes d’organes en impression 3D sur des souris avec une des imprimantes citées ci-dessus…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s