Petit tour du monde des innovations dans l’investissement en ligne

C’est un tout petit tour du monde, certes, mais c’est intéressant pour lancer une discussion entre investisseurs avertis (parce qu’en termes d’investissement en ligne et d’innovations digitales, vous êtes de très bons interlocuteurs). Voici quelques exemples d’offres innovantes proposées par des confrères de la finance alternative en France et à l’étranger, qui mettent en lumière plusieurs tendances concernant l’avenir du financement participatif, et qu’on pourrait très bien  envisager pour WiSEED… Parlons-en ensemble !

Commençons par la France : les robots d’investissement

Boost Pretup

De plus en plus de plateformes de prêt lancent des « robots » pour investir automatiquement à votre place. C’est une idée intéressante puisque les projets sont comparables sur la base de notes et/ou de scores, et que, comme l’explique le blog Argent & Salaire, « se lancer dans le CrowdLending peut être assez chronophage surtout quand on diversifie très fortement son portefeuille. »

Si l’on ajoute au manque de temps la tendance actuelle de robotiser n’importe quel processus, ceci pourrait avoir du sens pour une plateforme comme WiSEED (bien que nous n’ayons pas fait ce choix pour le premier Club Deal que nous avons lancé) de proposer une automatisation des souscriptions. Qu’en penseriez-vous ? En seriez-vous utilisateurs ?

WiSEED devrait-il créer une offre de « souscription automatique » pour investir à votre place en fonction de critères prédéfinis ?

De l’autre côté du Rhin (Allemagne) : le prélèvement automatique

Exporo Investmentplan 2017

La plateforme Exporo, un des leaders en investissement immobilier en Allemagne, propose une innovation intéressante : un investissement diversifié dans les projets de la plateforme, comme un Club Deal, proposé à un rendement minimum de 3% par an calculé dès versement des fonds par prélèvement automatique tous les 15 du mois (à partir de 25€ par mois pendant 12 mois).

Le rendement ciblé est de 5% à 6%, rendement standard en crowdfunding immobilier en Allemagne, après prise en compte des frais plateforme. C’est un mécanisme intéressant pour lisser ses dépenses d’investissements, et une manière originale de permettre à chacun de diversifier son portefeuille d’investissements alternatifs en enlevant la « friction » liée à l’investissement en ligne – recevoir un mail, regarder le projet, décider, souscrire, payer – sur les plateformes.

WiSEED devrait-il créer un prélèvement mensuel pour vous permettre de lisser vos dépenses et rendant accessible la diversification dans plusieurs projets ?

De l’autre côté de la Manche (Royaume-Uni) : les co-investissements assumés

syndicate room

Notre Directeur du Développement en immobilier, Thomas, est activement impliqué dans une veille en outre-Manche, ce qui nous permet d’avoir un œil attentif sur le marché le plus actif au monde en termes de finance alternative. Au-delà d’une culture du risque plus développée et du régime fiscal extrêmement favorable chez nos amis anglais – qui sont des sujets à part – regardons un exemple : la plateforme Syndicate Room. Syndicate Room se positionne très explicitement comme une « plateforme d’investissement pour les individus et les Business Angels, » assumant pleinement la co-existence d’investisseurs particuliers et professionnels.

Vous investissez aux côtés de lead investors connus et reconnus, ce qui vous permet de bénéficier de leur expérience et de vous fier à leur expertise… et leur permet à eux de gagner de l’argent en fonction du nombre de « suiveurs » qu’ils ont entraîné dans les deals. La plateforme a aussi lancé un fonds, Fund Twenty8, qui investit dans au moins 28 entreprises en croissance, ciblant +20% de rendement et donnant droit à des avantages fiscaux substantiels. C’est un peu comme l’offre ci-dessus en immobilier, mais pour des start-ups.

WiSEED devrait-il permettre aux investisseurs de suivre des personnes et de co-investir à leurs côtés ?

De l’autre côté de l’Atlantique (Etats-Unis) : les « mini-SCPIs »

Fundrise eREIT

La plateforme Fundrise s’est détourné du modèle ouvert et participatif et de nombreuses plateformes américaines se positionnent désormais comme des places de marché en capacité à mettre en relation des offres d’investissement « sur l’étagère » et des investisseurs – plutôt que d’identifier, d’analyser et de sélectionner des projets proposés au financement comme WiSEED. Pour eux, l’avenir du financement participatif est dans les eREIT, des sortes de « mini-SCPIs » digitalisées.

Il y a le eREIT qui propose un rendement régulier, dont on peut voir les actifs immobiliers financiers sur la page en ligne, ou le eREIT qui parie sur l’appréciation de la valeur des biens financés, comme on peut également le voir sur leur site de manière très transparnte. Cela donne à l’investisseur une forte visibilité sur les actifs financés, et permet à la plateforme de générer plus de volume de souscription.

WiSEED devrait-il lancer des « mini SCPIs » numériques permettant aux investisseurs de diversifier en un seul placement ?

Connaissez-vous d’autres modèles ? Qu’en pensez-vous ?

Pardonnez-moi la simplification des sujets abordés ci-dessus, l’objectif est d’être synthétique, compréhensible et d’inviter à la réflexion. Aussi, il ne s’agit pas d’un tour d’horizon exhaustif des modèles innovants, cela nous prendrait trop de temps et partirait trop loin de ce qu’on a envie de faire chez WiSEED. Il ne fait pas perdre de vue sa stratégie, ses forces, son marché et ses spécificités, c’est pourquoi on n’a mentionné ni blockchain, ni robo-advisor dans ce billet.

Quels sont vos avis sur ces différentes formes d’investissements ? En connaissez-vous d’autres qui vous semblent intéressantes ? Au plaisir de vous lire !

Yannig ROTH, Directeur Communication – Marketing

22 réflexions sur “Petit tour du monde des innovations dans l’investissement en ligne

  1. Fabien Raynaud dit :

    Merci Yannig pour ce tour d’horizon qui permet de découvrir des perspectives intéressantes.

    Concernant les robots, ça pourrait être intéressant de l’avoir pour l’immobilier. Les critères y sont assez clairs et restreints : risque, durée, taux de remboursement, taux de réservation. S’il était disponible, comment cela se passerait-il pour souscrire, sachant qu’aujourd’hui les collectes sont bouclées en quelques minutes ? Mais aujourd’hui, le fait de ne pas avoir de robot ne me dérange pas. Je suis encore assez réticent à automatiser un investissement sans y avoir réfléchi plus que ça. En revanche, je n’imagine pas ce concept pour l’investissement en startup, car chaque projet mérite d’être étudié en détail.

    De même que je ne suis pas prêt à automatiser mon investissement avec un robot, je ne suis pas non plus en faveur du prélèvement automatique. Oui, dès qu’on touche à mon porte-feuille, je n’aime pas qu’on le fasse dans mon dos 🙂
    Je préfère passer un peu de temps mais avoir le contrôle sur mes investissements.

    Par contre, j’aime bien le principe du co-investissement. Chacun reste maitre de ses choix, mais le conseil des professionnels peut apporter des lumières intéressantes. Dommage que la France ne récompense pas plus le risque comme le fait l’Angleterre…

    L’approche mini SCPI parait séduisante pour diversifier ses investissements, en y allant de manière progressive. A voir.

    Aimé par 1 personne

    • YannigRoth dit :

      Hello Fabien, merci pour votre contribution. La robotisation est pertinente si elle correspond à une vision d’un métier (simplification des processus, pertinence des recommandations, comparabilité des dossiers, prévalence de l’algorithme sur l’humain etc.) et qu’elle est bien exécutée (l’exécution, c’est au moins aussi important que l’idée de base). Je pense que pour nous ça n’est pas pertinent à ce jour, surtout si on le fait que pour l’immobilier. Le fait d’avoir une demande supérieurs à l’offre et un système comme la file d’attente est plus transparent et plus humain qu’un algorithme, même s’il n’est pas parfait ! Et je pense que beaucoup de personnes sont comme vous et ont besoin de passer du temps « humain » sur les dossiers, l’espace de discussion, le « live etc. Pour les autres suggestions, nous en prenons bonne note !

      J'aime

  2. Pascal Thirion dit :

    D’après ce que j’ai compris pour les eREIT il y a un dividendes annuels et le fonds est généralement liquidé entre 4 et 6 ans.
    Y a t’il dés le début une date précise de fin ou à partie de la 4ème année le fonds profite des opportunités de marché?

    J'aime

  3. Pascal Thirion dit :

    Bonjour

    D’abord bravo pour ce tour d’horizon des différents types d’investissements possible.

    En fait je suis bien ennuyé parce que Fabien a écrit (et fort bien) tout ce que je voulais dire en réponse à l’article.

    Pas question de robots que ce soit en immobilier ou en start-up. D’ailleurs j’ai arrêté de travailler avec Unilend en crowdlending quand ils ont mis en place l’autolend ne donnant plus le temps aux autres investisseurs de prendre un peu de temps pour étudier le projet et prendre sa décision (il se vante de terminer leur projet en 0 seconde!!!!).
    PretUp vient de lancer un robot et je pense que le phénomène va se reproduire donc je vais arrêter de travailler avec eux également.

    Je refuse les prélèvements automatiques pour les mêmes raisons que Fabien

    Investir au coté d’investisseurs professionnels permet effectivement de bénéficier de leur technicité et de leur expérience. Par contre il faut que l’on garde le libre arbitre sur nos investissements

    Par contre en ce qui concerne le Fund Twenty8 on n’est pas libre des investissements pour moi cela revient à investir dans un fonds risqué classique. J’avoue ne pas voir l’originalité sauf que c’est un fonds consacré uniquement aux startups et dont on peut suivre l’évolution plus facilement, en tout cas c’est ce que j’ai compris en cliquant sur le lien que vous nous proposez dans l’article.

    Pour les mini SCPI je ne suis pas convaincu mais à voir comme dit Fabien

    Aimé par 1 personne

  4. charleswiseeder dit :

    Bonjour,

    Concernant les mini SCPI, je doute que cela soit adapté au marché français en l’état. Je m’explique, c’est un marché très réglementé, ce qui impliquera donc des coûts de fonctionnements importants. Mais, surtout, c’est un produit par nature diversifié dont le ticket d’entrée n’est pas excessif (on peut en trouver avec une première souscription a 4-5000€) et culturellement le marché immobilier est le seul pour lequel les banques acceptent de prêter aux particuliers pour investir. Et a des taux très bas aujourd’hui. Sans parler de la relative liquidité des SCPI.

    Cependant, un équivalent d’une SCPI, mais sous forme de sas qui intégrerais un emprunt alors oui, ce serait intéressant (type projet de DIVIDOM) . Quelle différence ? C’est très simple, le mode de calcul des capacités d’emprunt pour les banques. En effet, les revenus de placement même immobilier ne sont jamais pris pour leur intégralité dans le calcul des capacités d’emprunt. La problématique sera par contre de savoir quelle proportion des loyers nous sommes prêts à consacrer à l’emprunt. En supposant un emprunt à 2% et que l’on emprunte 50% de l’investissement sur 15 ans, cela implique que le rendement les premières années soit de 4% inférieur à ce qu’il aurait été sans emprunt.

    Pour ce qui est des investissements automatiques, et prélèvements, Fabien à très bien résumé la situation.

    Pour finir, si je peux me permettre, je ne pense pas que les investisseurs sur Wiseed, soit encore à la recherche d’une nouvelle technologie (a court termes). Si l’on exclus le niveau du ticket d’entrée, Wiseed , et le crowdfunding séduit aussi par le fait de savoir dans quoi l’on investit. A l’inverse investir sans l’acte de décisions reviens à investir dans un fonds classique. Et, ce qui fait l’âme de Wissed par rapport à ses concurrents, c’est la diversité de ses supports.

    Aussi je pense que les investisseurs seraient plus sensible à des innovations du type : investir dans d’autres pays (innovation de lendix), investir dans des cheptels (Innovation AFIC-GESTEL), dans des vignes (un peu comme un retour aux sources https://blog.wiseed.com/2016/05/04/wiseed-a-8-ans-wiseed-en-8-temps/).

    Bref, aller là où les investisseurs ce diront a tords ou a raison, que c’est réservé aux grandes fortunes, que ce n’est pas pour eux.

    Cordialement,
    Charles

    Aimé par 1 personne

    • YannigRoth dit :

      Merci Charles ! Ce que vous dites (notamment « Ce qui fait l’âme de WiSEED par rapport à ses concurrents, c’est la diversité de ses supports » ou « Aller là où les investisseurs se diront, à tort ou a raison, que c’est réservé aux grandes fortunes ») est très intéressant. Sachez que nous ne comptons pas aller dans toutes les directions mentionnées ci-dessus, car nous avons une stratégie claire avec l’équipe de WiSEED. Mais discuter avec vous sur la base d’exemples concrets est très intéressant, nous apprenons de vos retours. Bien à vous, Yannig

      Aimé par 1 personne

      • charleswiseeder dit :

        Bonjour Yannig,

        Je me doute (ou espère) que vous ne pensiez pas partir dans toutes ces directions à court termes. Dans mon esprit les 3 exemples correspondes à 3 stratégies d’innovations très différentes.

        L’étranger (IDE), est l’évolution naturelle si l’on tient compte de la levée de fond de Wiseed pour se développer hors de France. Une autre innovation similaire serait la mise en place des titres négociable avec un marché secondaire. J’assimile cela plus à l’évolution qu’a l’innovation.

        Le cheptel, est un domaine qui va demander de révolutionner un mode de financement. Car bien qu’il existe une solution aujourd’hui, elle est loin de faire l’unanimité cotée éleveur. La par contre j’ai peu d’exemple, car il faut identifier des secteurs qui ont un besoin très spécifique de financement. Et surtout avoir l’idée que les autres n’ont pas eu pour le réaliser.

        Pour le dernier, la vigne, était une forme de retour aux sources … et surtout un moyen de faire de la PUB à bas cout déjà utilisé par le passé (avec l’aéroport de Toulouse il me semble).

        Ceci dit, sincèrement,ce n’est pas la question, mais je me demande s’il est nécessaire d’innover en ce moment. Personnellement, je consacrerais plutôt les ressources sur l’augmentation du nombre de projets sur les 3 catégories les moins dotées, agro-foresterie, énergie renouvelable et innovation sociale.

        Cordialement,
        Charles

        J'aime

  5. Gregory jubeaux dit :

    je suis completement d’accord avec ce que vient de dire fabien

    prenons un exemple, le forex ou il il y a 2 solution, les algoritmes et la personne

    je suis completement contre les robots car imaginons le robot a decelé une possibilité d’entrée, mais manque de pot….cela est totalement contre le marché, car si le robot voit une possibilité d’entrée mais a un tres mauvais moment (des conflits sociaux dans un pays ou une internationaux) le robot est incapable de ne pas prendre position car pour lui la situation est bonne alors qu’on rentre dans un conflit, alors que l’homme voit les evenements en cours et LUI ne prend pas position.

    voilà pourquoi selon moi, il ne faut pas laisser faire les algorythmes pour juger a notre place…

    je parle de forex, mais on peut tres bien parler d’un autre type d’investissement, style les actions, ou autre encore

    ensuite, on parle d’investir une somme tout les mois, là encore je suis contre, car quand on parle d’investissement, on parle aussi de DIVERSIFICATION, dans mon portefeuille (participatif, bourse, forex, scpi, etc…) je juge que le taux de diversification des prets participatifs, ne doit pas depasser 5%, car bien qu’etant interessant, ce type d’investissement est pour moi « exotique » et ne dois pas passer 5%, mais si on laisse les prets participatif laisser au libre choix d’un robot on peux tres bien arriver a 10%-20% comme 2-3%

    pour moi actuellement (la totalité des prets participatif, et là on parle de toutes les plateformes ou j’investis (lendix,wiseed et autres) est d’environ 5% donc pour le moment je ne souhaite pas mettre plus de fonds….hormis le fait de reinvestir les interets percus sur les memes plateformes, chose que l’on ne pourrait pas faire si on laisse faire un robot, et donc le taux de diversification ne pourrait exister

    et puis il faut aussi laisser aux novices dans les investissements,la possibilité de se former et donc de comprendre ce qu’ils font… ce qui n’est pas possible si on laisse faire des robots

    je pense avoir fait le tour

    Aimé par 1 personne

    • charleswiseeder dit :

      Merci pour cette information.

      il y as surement des exceptions, tous ceux que j’avais regardé avec un tickets très bas imposaient une première souscription de l’ordre de 4-5000€ et ce avec un minimum de souscription affiché inférieur a 1000€. Mais si vous en avez trouvé avec une souscription a 1000€ cela signifie qu’il y as encore moins d’intérêt d’en créer des mini.

      J'aime

  6. Gregory jubeaux dit :

    par contre il y a une chose qui me plait sur une autre plateforme

    donner une fourchette de taux a laquelle on voudrait investir et quand il y a une offre correspondant,nousle faire savoir par e-mail

    ne pas investir par un robot, mais nous le faire savoir, nous gardons donc la possibilité d’investir, c’est aussi une autre facon d’investir

    J'aime

  7. OLIVIER2 dit :

    Le systeme allemand avec prélèvement automatique chaque mois me parait intéressant dans la mesure ou je lis qu’un taux minimum de 3% est garanti. Si vous offrez un taux garanti supérieur aux livrets classiques après imposition aux investisseurs, ils seront nettement plus tenté par le crowfunding. Dans un cas on leur propose du 0,75% ou du 2% sur 6 mois en taux promo, et de l’autre un investissement de 3 % qui peut monter encore plus haut.
    Une autre différence avec des fonds, c’est que souvent ces derniers prélèvent des commissions en cas de surperformance.
    Ce n’est donc pas forcément ce type d’offre à prélèvement mensuel que je trouve intéressante, mais la proposition d’un taux minimum rassurant.
    La proposition de Charles concernant la possibilité d’investissements à l’étranger me parait pertinente.
    Enfin , les E-reits sont surement une idée à creuser à condition qu’il y ai un réel intérêt fiscal. Souscrire à des scpi est souvent plus contraignant en France, conditionné à des montants et des frais importants, mais il est possible d’y souscrire via des prêts immo.
    Les reits sont déjà proposées en bourse lorsqu’elles sont côtées, avec l’avantage du dividende élevé et de la possibilité de déduire les moins values en cas de perte. Elles sont très liquides ce qui est un autre avantage, et n’ont pas les frais des SCPI .
    Mais si le côté optimisation fiscale pouvait se faire, je pense que des mini reit proposant de reverser les loyers ou les produits de la vente de biens situés dans des endroits déterminés serait une option

    J'aime

  8. christophe dit :

    Bonjour, merci pour ce panorama très complet.
    Quelques commentaires:
    – Pour ma part, je serai intéressé à une approche automatique pour certains types d’investissement, comme les projets immobiliers. Je suis intéressé par le rendement mais, à part quelques idées autour du rendement, de la durée et du scoring, je n’ai pas les compétences pour juger de la fiabilité d’un projet. Donc, investir des petits montants unitaires et très diversifiés peut être une bonne approche que l’investissement automatique rend possible. Et dans cas, je suis prêt à charger en avance le compte de paiement Wiseed/Lemonway pour le faire.
    – Pour les SCPI, Corum a lancé une initiative intéressante, le plan d’épargne immobilière après avoir divisé la valeur de la part de SCPI en millième.
    – L’idée soulevée dans un des commentaires de démocratiser les investissements habituellement réservés à des niveaux d’engagement élevés est intéressante (vins, hotel,…).
    – En ce qui concernent les REITs, le niveau de risque peut être très élevé si le fonds utilise beaucoup l’effet de levier et il y aura pas mal de pédagogie à faire sur le sujet.

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Merci Christophe. La pédagogie est au cœur de notre communication, et il faut toujours expliquer ce type de produits risqués. Concernant la souscription automatique, il faudrait trouver un équilibre entre l’envie de délégation que vous semblez avoir et l’envie de s’investir qu’ont beaucoup de WiSEEDers actifs, qui aiment passer du temps sur la plateforme à analyser les projets et discuter avec les dirigeants ou les équipes de WiSEED. Pour l’instant, cette seconde option a encore nos faveurs.

      J'aime

      • christophe dit :

        Merci Yannig. Mon commentaire était général au regard de ce que vos pairs font et pour mon cas personnel spécifique pour l’immobilier. J’ai investi dans plusieurs start-ups et dans de l’ENR et je ne l’aurai jamais fait en automatique.

        Dans mon esprit, un investissement automatique n’est pas incompatible avec une analyse et une approche plus humaine: des mécanismes simples (il peut y avoir des poches dédiées par exemple) peuvent permettre la cohabitation des deux approches.

        J'aime

    • charleswiseeder dit :

      Bonjour Christophe,

      Votre position m’étonne mais si je pense qu’elle est partagé par beaucoup d’investisseurs immobilier sur wiseed.

      J’aurais donc trois questions à vous poser si vous le voulez bien.

      1) La première d’après vous quel est la probabilité qu’un projet fasse faillite (perte intégrale) ?

      2) Quel serait votre réaction si suite à un manque de chance plus de la moitié de vos investissements venait à produire une perte intégrale ?

      3) Pour finir votre réaction serait-elle la même si vous êtes en investissements automatiques ou en investissements sélectionné individuellement ?

      N’y voyez la aucune volonté de vous faire changer d’avis, juste la volonté de comprendre.
      Pour ma part la réponse a la dernière question est clairement non.

      Cordialement,
      Charles

      Aimé par 1 personne

      • christophe dit :

        Bonjour Charles,

        Pour répondre à vos questions (sur l’immobilier):
        1) autour de 2%-3%
        2) Je ne suis pas sur d’avoir bien compris la question. J’essaierai de comprendre la raison de la perte et si c’est une raison non structurelle, je reproduirai une approche similaire par la suite
        3) Oui

        J’ai investi 35 fois sur Wiseed, 34 sur des start-ups et une fois en ENR dans une logique toujours réfléchie et non automatique. Pour moi l’investissement automatique peut intéresser certains wiseeders et m’intéresserait sur l’immobilier.

        Quelques éléments pour expliquer ma position:
        – Après avoir regardé plusieurs dossiers, je ne crois pas être en mesure de juger qu’un projet est plus sûr qu’un autre au-delà de l’analyse réalisée par Wiseed et la communauté.
        – Sur ce segment, le risque principal est principalement sectoriel (s’il y avait un retournement de la promotion immobilière dans son ensemble): la diversification permet de faire limiter le risque individuel de chaque projet
        – Le rendement est attractif, y compris après prise en compte des défauts.
        – On contribue à financer un projet réel et sur lequel on a des informations même en investissement automatique.
        – Pour des raisons de disponibilités, je ne peux pas être nécessairement devant mon ordinateur à l’heure de l’ouverture des souscriptions.

        J'aime

  9. gregory dit :

    les « tarifs » de l’achat immob d’habitation est en train de redecoller (depuis 2-3 ans environ) et donc plus ca va aller et plus les prix seront élevé, du a une augmentation de la demande, et donc les banques vont je pense recommencer a lever leur taux….mais les bureaux et autres pas de porte vont aussi je pense commencer a s’elever

    ma question est la suivante!!

    qu’en est-t’il des investissements immobs présenter par wiseed, et comment vous situez vous??

    merci 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s