Pourquoi (encore) croire dans l’investissement dans les startups ? #JyCrois

S’il est de plus en plus populaire (77% des WiSEEDers actifs ont investi dans au moins une startup), l’investissement dans des startups effraie encore certains investisseurs. J’aimerais bien qu’on soit à 100% ! En effet, les startups incarnent un potentiel de développement unique, et placer une partie de son épargne dans une très jeune entreprise permet non seulement de participer à une aventure entrepreneuriale, mais aussi de bénéficier d’une rentabilité potentielle à la hauteur du risque pris.

Depuis 2008, WiSEED propose sur sa plateforme de crowdfunding des jeunes startups en recherche de financement, c’est d’ailleurs la raison de sa création. A cette époque, les financeurs plus traditionnels comme les Venture Capitalists rechignaient à investir dans les entreprises encore jeunes, mais pourtant prometteuses. L’equity crowdfunding proposé par WiSEED a naturellement trouvé son chemin, proposant une offre d’investissement nouvelle à des investisseurs audacieux.

startups wiseed

Avec un ticket d’entrée à 100 €, les collectes moyennes sur la plateforme s’élèvent à presque 350 K€. Si cette belle somme permet de contribuer aux premiers efforts, elle n’est pas toujours suffisante pour répondre aux besoins de financement des startups, c’est pourquoi nous les encourageons systématiquement à trouver des co-investisseurs en parallèle de leur levée de fonds en equity sur WiSEED (en moyenne, le levier sur l’investissement de WiSEED est de x3).

Quels sont les freins pour investir dans une startup ?

Le premier frein se situe au niveau du délai de rendement. Si tout WiSEEDer peut investir en actionsen obligations et en titres participatifs dans la startup de son choix, sa contribution se situe au démarrage de l’entreprise en question. Qui dit démarrage dit accélération, décollage, montée en puissance… le délai peut être long pour atteindre la vitesse de croisière en altitude. Parfois trop long pour les impatients du dividende (qui d’ailleurs sont très rarement le retour sur investissement proposé dans le cas d’investissement en startup).

Dans des domaines comme l’innovation, la durée moyenne de sortie s’élève à 5 ans, sans parler des biotechnologies qui s’étendent à plus de 10 ans. Pendant ce laps de temps, et même après, la start-up réinvesti l’ensemble de ces bénéfices dans son propre développement, ne dégageant donc aucun dividende pour ses actionnaires.

D’autre part, la prise de risque n’est pas négligeable. Bien loin des 90 % d’échec, 60 % des startups qui se développent échouent d’après les dernières observations. Cet aspect est aussi à prendre en compte, surtout lorsque l’on sait que la perte financière de l’investisseur n’est pas déduite des impôts. Le travail de sélection réalisé par WiSEED a pour objectif de limiter ce risque.

  1. Tout d’abord en vous impliquant, vous WISEEDer, dans la sélection des projets à travers la phase de vote. Pour nous, cette phase est essentielle, car nous croyons en votre sagacité, et en particulier dans le fait qu’un grand nombre de personnes expertes et non expertes donneront une vision globale du dossier (parfois plus pertinente celle d’experts) ;
  2. Ensuite, la phase d’audit permet de limiter le risque en déterminant si son niveau est acceptable pour être proposé aux investisseurs particuliers (ce rôle est d’autant plus renforcé depuis l’obtention de notre statut PSI) ;
  3. Finalement, nous recherchons quasi-systématiquement à ce que la holding d’investissement se positionne en syndication avec d’autres acteurs du financement (comme des Business Angels, des fonds d’amorçages…) pour diluer le risque. En effet, la raison principale de refus est le manque d’investisseur aux côtés de WiSEED.

Finalement, le temps est un facteur primordial ! Patrick, WiSEEDer et animateur du blog Argent & Salaire, écrivait récemment quant à WiSEED : « Nous restons pour l’instant à l’écart du financement des startups, non pas que ce support n’est pas intéressant bien au contraire, mais tout simplement par manque de temps. Investir dans une startup nécessite beaucoup de temps d’analyse, c’est également un placement beaucoup plus long terme avec un niveau de risque élevé. Ce placement ne rentre pour l’instant pas dans notre stratégie d’investissement mais peut tout à fait correspondre au vôtre. » Tout est dit dans cet extrait… même si votre appréciation de l’impact environnemental ou sociétal peut vous amener à investir sans réaliser une analyse complète du projet !

Si ces limites sont bloquantes pour certains, et c’est un choix légitime qui appartient à chacun(e), les bénéfices sur le plan financier comme sur le plan humain sont autant de raisons de se lancer dans la belle aventure de l’investissement dans des startups. #JyCrois.

Pourquoi investir dans une ou plusieurs startups ?

En participant tôt dans le développement d’une entreprise, vous bénéficiez d’une valorisation basse limitant la prise de risque. Si l’entreprise devient prospère, votre investissement n’en sera que plus valorisé offrant une belle récompense sous forme de plus-value importante lors de la sortie du capital. Sur WiSEED, votre participation ne doit pas obligatoirement être très élevée (le ticket d’entrée est de seulement 100€, le ticket moyen d’environ 1 700 €).

Petit rappel sur la valorisation : lorsque vous investissez en achetant des actions, celles-ci ont un certain prix. L’ensemble des actions, multiplié par leur prix, définit la valorisation de l’entreprise, ou tout simplement : sa valeur ! Ainsi un projet en recherche de fonds définit un prix par action – que WiSEED négocie, en accord avec les co-investisseurs – qui lui-même définit la valorisation de l’entreprise. Lorsque la start-up se développe, sa valorisation va augmenter car elle va développer de nouveaux produits, déposer de nouveaux brevets, générer du CA… Le changement de valorisation aura lieu lors de la prochaine augmentation de capital : les nouvelles actions émises auront un nouveau prix, et le prix des actions existantes s’alignera. Ainsi, lors de ce nouveau mouvement de capitaux (entrée d’un investisseur, rachat par un industriel, entrée en bourse…), si nous avons l’occasion de vendre nos actions, nous opérerons une sortie. Nous parlons de plus-value lorsque le prix lors de notre sortie est supérieur à celui lors de notre entrée, et de moins-value à l’opposé. En moyenne, il est observé par les Business Angels les métriques suivantes : 1/3 des entreprises sont liquidées (perte totale des fonds placés), 1/3 permettent de récupérer l’équivalent de son placement initial, et 1/3 permettent des plus-values importantes (x10 ou plus). Le fonctionnement est similaire au système boursier, à cela près que les titres peuvent être achetés et vendus à tout moment. Sur WiSEED (marché non-côté) les actions peuvent être vendues seulement aux moments où le capital s’ouvre. Voici un billet sur les méthodes de valorisation.

Si votre investissement peut rapporter gros au terme d’une sortie du capital, il représente également des économies sur vos impôts l’année ou vous avez réalisé votre investissement. Votre participation est déductible de vos impôts à hauteur de 18 % sur l’IR (et peut être plus en 2018) et à hauteur de 50% sur l’ISF (qui n’existera plus en 2018). Retrouvez quelques informations sur la situation fiscale actuelle dans ce billet, publié il y a 3 semaines.

Mais, au-delà de l’intérêt purement financier réside l’intérêt humain. En effet, investir dans une startup revient à investir dans une vision. C’est notamment parce que la vision proposée par le projet vous touche ou vous intéresse que vous allez accompagner les fondateurs. Sur WiSEED nous avons à cœur de vous proposer des projets à fort impact social, sociétal et environnemental, votre investissement aura donc un impact en termes d’emploi, d’innovation ou de R&D. Les reportings rendent cet investissement tangible et concret.

Quelques conseils avant d’investir

Il est essentiel de rappeler que l’investissement en startup n’est pas adapté à tous les profils. En effet, pour que votre investissement se passe dans les meilleures conditions, il est essentiel de rassembler certains points qui conviennent à vous et à votre manière d’investir :

  • N’oubliez pas que votre investissement comporte des risques et que la seule profitabilité ne doit pas être motrice de votre action. C’est aussi l’engagement humain et sociétal qui se trouve derrière votre financement qui sera décisif dans la participation à une entreprise. N’entreprenez que dans les projets en lesquels vous croyez. (#JyCrois). Le délai de sortie d’un projet est en moyenne assez long. N’investissez que de l’argent dont vous n’avez pas besoin immédiatement ;
  • Travaillez dans un second temps le triptyque besoin/promesses/preuves, notamment en consultant les documents mis à votre disposition pour prendre votre décision. C’est ce même prisme que nous adoptons dans nos propres audits. N’hésitez pas à interroger le dirigeant sur les espaces de commentaires… même si cela prend du temps. La communauté fait partie de l’ADN de WiSEED, profitez-en ;
  • Interrogez-vous sur le potentiel de sortie du projet, en termes de multiple et de délais. Par exemple : les biotechs, dont je suis experte, sont des investissements à ROI potentiellement très élevé, mais à durées de placement longues et à fort risque d’échec ;
  • Finalement : ne vous investissez pas corps et âme dans un seul projet, mais jouez la sécurité en investissant dans plusieurs projets : diversifiez ! En cas de sortie négative, vos risques de perte sont réels et non-déductibles de vos impôts. Il serait donc contre-productif de tout miser sur un seul projet.

Avec 33 millions d’euros collectés en faveur de plus de 80 startups, l’equity crowdfunding est un succès sur WiSEED. Il ne s’agit que d’un tiers du volume de collecte, mais aussi de plus du trois-quarts des investisseurs. Nous sommes conscients que notre rôle de pionnier fait naître des exigences, tant au niveau du suivi de participation qu’à celui des sorties positives que vous attendez. Nous y travaillons activement.

A ceux qui continuent à croire dans cette forme d’investissement : Merci !

Et à tous les autres, comme Patrick : Rejoignez-nous !

Louise CHOPINET

Responsable Développement et Filière Santé

 

23 réflexions sur “Pourquoi (encore) croire dans l’investissement dans les startups ? #JyCrois

  1. launay dit :

    Bonjour Louise,

    Je suis WISEEDER depuis 2010. J’ai eu la chance d’investir dans le projet ANTABIO et de rencontrer les dirigeants sur TOULOUSE avec Nicolas SERES et Thierry MERQUIOL en 2012.
    Effectivement l’aspect humain restera plus fort que le retour sur investissements (*2,5). L’autre avantage d’investir dans des start-up, est de pouvoir participer à leur développement. C’est que je fais avec l’une d’entre d’elle depuis 2012. Pour la suite de WISEED il serait d’avoir une sortie positive cette année, afin de motiver les WISEEDERS à aller dans ce sens. A date l’immobilier prend une grosse part des investissements.

    Stéphane.

    J'aime

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Stéphane,

      merci pour votre message.

      Bien sur : les sorties sont notre objectif n°1 ! Nous espérons toujours pouvoir en afficher sur les startups, mais comme déjà mentionné dans le post, les conditions à réunir pour pouvoir sortir d’une entreprise non-côtée sont nombreuses, et les négociations (ou simplement la mise en œuvre de la sortie) peut prendre plusieurs mois, voire dépasser l’année.

      Ce sera dans tous les cas un beau moteur en effet pour renforcer les investissement dans les startups.

      Accompagner le développement des projets : cela tombe sous le sens pour moi car en participant à un tour de table c’est déjà l’objectif. C’est pour cette raison que je n’en ai pas parlé directement. A moins que vous parliez d’un accompagnement actif de l’entreprise au quotidien ?

      Nous allons permettre à certains WiSEEDers de pouvoir prendre part au suivi de participation à partir de 2018, une nouvelle façon de vous impliquer dans le développement des entreprises.

      Bien à vous,
      Louise

      J'aime

  2. charleswiseeder dit :

    Bonjour Louise,

    Il y a un frein majeur que vous ne faite qu’évoquer dans votre billet avec « le délai de rendement ». Vous n’évoquez que la dimension court-termiste de certains investisseurs alors qu’à mon sens la dimension la plus pénalisante est l’absence de recule, d’historique. Je veux dire par là, qu’un délai normal de sortie est entre 5 et 10 ans alors que Wiseed n’as pas encore fêté ses 10 ans.

    Autrement dit, en matière d’investissement, tant que la théorie n’a pas été soumise à la pratique, de nombreux investisseurs auront objectivement raison d’avoir peur de ce type de placement. Ce n’est que lorsque la plateforme sera en mesure de se baser sur ses propres statistiques que l’investisseur pourra se faire une idée objective de la performance financière du placement. En attendant, nous investissons plus par croyance, que de manière objective.

    Rien ne dit par exemple que le délais moyen dans le crowdfunding ne passera pas a 10 ou 15 ans.

    Cordialement,
    Charles

    J'aime

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Charles !

      En effet : nous n’avons pas encore le recul sur la performance de notre portefeuille. Notre espoir est de changer le paradigme 1/3 1/3 1/3, en impliquant la foule dans le processus de sélection comme exposé dans le post.

      Cependant comme vous le mentionnez, WiSEED réalise des investissements depuis 2009 (donc bien moins que 10 ans), et surtout le crowdfunding a connu une forte expansion à partir de 2015, donc notre portefeuille est composé à plus de la moitié de participations de moins de deux ans… L’avenir nous permettra donc de conforter ou non notre ambition !

      Toutefois nous restons persuadés de la pertinence de permettre aux particuliers de prendre part à ces projets à potentiel historiquement réservés à une partie de la population, voire à des mécanismes d’investissement indirects.

      Merci de votre éclairage 🙂

      Bien à vous,
      Louise

      J'aime

  3. Fabien Raynaud dit :

    Je me retrouve complètement dans le processus d’analyse, de décision, de vision et de retour sur investissement en tant qu’investisseur en startup.
    Oui, #JyCrois et faisons tous en sorte que nous soyons désormais 100% à y croire !

    J'aime

  4. launay dit :

    L’investissement dans les start-up est à minima sur 5 ans voir 10 ans. Après il peut y avoir des exceptions comme ANTABIO ( sortie au bout de 18 mois). Par accompagnent je veux dire aider la start-up à développer son réseau voir lui apporter des affaires.

    J'aime

    • louisewiseed dit :

      Bonjour,
      Merci pour la précision !
      En effet nous souhaitons vous permettre d’être impliqué au maximum vis à vis de votre participation dans les sociétés.
      C’est pourquoi lors de votre investissement nous vous demandons systématiquement si vous avez d’autre ressources à mettre à disposition de l’entreprise, et livrons ensuite cette information aux dirigeants.
      De plus, vous pouvez à tout moment répondre aux reporting réalisés à travers notre support (supportclient@wiseed.com), et votre message sera transmis aux dirigeants de l’entreprise.
      Ceci arrive régulièrement et amène à la génération de belles synergies.

      Très bonne journée !

      J'aime

      • Gilles Maffre dit :

        Bonjour Louise, étant investisseur dans 6 start up (pili étant la dernière), je crois que je peux me définir comme un wiseedeur expérimenté et avec un certain regard critique…
        Autant vos choix de start up et votre processsus de sélection est très bon, autant votre suivi des starts-up et l’information des actionnaires est déplorable. Vous parlez de reportings dans ce billet, voulez vous que j’en precise la date de dernière reporting de MyFB par exemple? Malgré de nombreuses relances de ma part à votre service client (sur vous mentionnez également dans ce billet) je n’ai JAMAIS obtenu de réponses à aucune de mes questions? Est ce la encore normal?
        Bref Wiseed a beaucoup grossi ces dernières années comme vous le précisez mais il me semble que l’entreprise s’est aussi beaucoup détourné de ceux qui font sa force : ses wiseedeurs.
        A bon entendeur…

        J'aime

        • louisewiseed dit :

          Bonjour Gilles !

          Merci pour votre commentaire.

          Concernant les reportings, je suis forcément d’accord avec vous, ayant été moi même pendant plus d’un an en charge d’appeler les dirigeants pour faire en sorte qu’ils remplissent leur reportings… Certains sont pour le moins récalcitrants.

          C’est en particulier le cas des premiers projets financés sur WiSEED ou la plateforme n’était pas aussi évoluée qu’aujourd’hui et les dirigeants n’ont pas « pris le pli ».
          Cela fait de nombreuses années que l’obligation de fournir un reporting est inclue dans le pacte d’associé que la WICAP signe avec l’entreprise, mais cela n’empêche pas certains dirigeants de ne pas nous fournir d’informations diffusables.

          Sur les projets financés à partir de 2015, nous sommes à 62% de reporting renseignés pour le T2 2017 et 67% pour le T3 2017. De plus 50% de ceux n’ayant pas rempli de reporting sur le T2 l’ont fait pour le T3. Ce qui nous amène sur 6 mois à 85% des entreprises financées à partir de 2015 qui ont soumis un reporting.
          Par contre pour les sociétés financées avant 2015 nous plafonnons à 30%. C’est cette partie du portefeuille qui est le plus souvent visé par vous, actionnaire, en manque d’informations. Les mauvais élèves restent mauvais élèves malheureusement, continuant à creuser un vide toujours plus grand.

          Voici ce que nous avons mis en œuvre cette année concernant les reportings :
          – un outil de relance automatique des dirigeants à l’issue du trimestre (qui s’ensuit d’appels téléphoniques)
          – un nouveau contrat qui inclut des pénalités financières pour chaque reporting non soumis.

          Il faut savoir que le dirigeant a la possibilité de renseigner sont reporting quand il le souhaite sur la plateforme ou de nous faire parvenir un document pdf à joindre directement.

          Concernant le service client : je suis navrée que vous n’ayez pas eu de retours (j’ai constaté deux tickets « startup » non répondu dont un datant de jeudi). Nous tâchons d’apporter une réponse à l’ensemble des questions que vous nous posez. Dans certains cas nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous répondre lorsque nous n’avons pas de retour de la part des dirigeants, mais cela n’excuse en rien une absence complète de retour de notre part.

          Nous sommes loin d’abandonner la lutte et espérons continuer à améliorer cette partie prépondérante sur WiSEED,

          Bien à vous
          Louise

          Aimé par 2 people

  5. Ancelle Hervé dit :

    Si je peux me le permettre Louise, vous ne pouvez pas inciter les gens à devenir actionnaire. C’est pourtant ce que vous souhaiteriez 100% d’investisseurs pour 100% d’actionnaires. Certains préfèrent les obligations pour de multiples raisons.

    J'aime

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Hervé,

      Ce post a vocation à informer sur le placement dans les entreprises (qui historiquement se fait en action sur WISEED), son fonctionnement et à donner des pistes afin de mieux comprendre ses enjeux et risques. Comme indiqué : l’idée est bien de diversifier. Chaque investisseur est libre de ses placements sur WiSEED : c’est la force du crowdfunding que de choisir les projets dans lesquels on investi. Et d’autant plus sur WISEED où tout un chacun peut se constituer un portefeuille comportant des actions risquées mais à potentiel, des obligations avec un placement quasi liquide, mais aussi des titres participatifs et encore je l’espère de nombreuses nouvelles offres à venir.

      Les métriques dont vous parlez ne concernent pas des personnes qui n’ont investi que dans les startup, mais « au moins une fois dans une startup ».

      Donc oui, je souhaiterai que tout le monde participe au moins une fois à l’émergence de belles technologies en soutenant l’économie Française locale, même à hauteur de 100€ ! Et cela ne revient pas à jeter la pierre aux investisseurs qui s’intéressent aux obligations ! Si vous vous êtes senti visé j’en suis navrée, mais vous serez toujours libre de n’investir qu’en obligation si vous le souhaitez 🙂

      D’ailleurs, bientôt sur WiSEED, l’obligation ne sera plus synonyme de promotion immobilière, nous devrions donc rapidement pouvoir vous comptez parmi nos investisseurs « entreprise » !

      A bientôt,
      Louise

      Aimé par 1 personne

  6. Jérôme dit :

    Bonjour Louise,
    Et merci pour cet article intéressant.
    Wiseeders depuis 2013, je suis ravi de mes positions (18 au total). J’essaye de m’impliquer dans quelques startups (2 à 3 ) mais ce n’est quand même pas évident.
    Je rêverai de devenir d’ailleurs administrateur de l’une d’elle … Gilles si tu me lis 😉

    Après je doute parfois de la « force » du crowdfunding sauce « c’est de la foule qui décide » car … elle a toujours raison, « l’intelligence collective » etc etc … peut-être mais grâce éventuellement à un plus large panel et de tous niveaux socio-professionnels ? Sinon …

    Pour moi il y a trop d’immobilier si Wiseed, mais je comprends que cela permet à l’entreprise d’avancer de façon plus sûre.

    Arrivant bientôt à 8 ans, la sortie positive de start-up ne ferait qu’amplifier le mouvement. Mais cela veut dire aussi que le nouveaux investisseurs galvanisés par ce succès vont devoir à leur tour attendre 5, voire plus …

    Cordialement
    Jérôme

    J'aime

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Jérôme,

      Merci pour votre apport !

      Concernant l’avis de la foule, nous réalisons tout de même un audit complet des dossiers avant de vous les présenter en collecte. Car en effet : récupérer l’avis de la foule, même si c’est essentiel sur WiSEED, ne permet pas de lever des risques de taille (sur tous les sujets : equipe, PI, commercial, juridique…) qui sont indispensables avant tout investissement en capital.

      Néanmoins vous impliquer dans la sélection permet aussi de vous présenter en collecte des dossiers qui vous intéressent, votre implication est donc primordiale lors des phases de vote !

      A bientôt,
      Louise

      J'aime

  7. Hélène dit :

    77% de WISEEDers ont investi dans au moins 1 startup, je trouve ce chiffre plutôt positif. Est-ce qu’il diminue d’année en année ?
    A titre personnel, je n’ai pas franchi le pas, les frais m’effrayent pour une mise de 100€ (ce que je mets quelque soit le projet). Ai-je plus de chance d’avoir un retour sur investissement en finançant une startup via des actions que de jouer 40 fois à l’euromillions ?
    J’ai financé une entreprise dans les ENR sur une plateforme qui n’applique pas de frais et où le ticket minimum était de 10€. De plus, la carotte fiscale ne me concernant pas cette année, l’attrait ne serait que le projet en lui-même.
    Toutefois, parmi les projets en cours de vote, celui d’Aviwell m’intéresse, à voir dans les mois à venir…
    Financer des entreprises en obligation là ça m’attire plus (REI HABITAT / 41 WATCH), c’est un peu le même principe que le crowdlending mais avec un remboursement du capital in fine.
    Verra-t-on l’investissement en royalties ? Je trouve que c’est une bonne alternative entre action et obligation et il me semble que seules 2 plateformes sont sur ce créneau.

    J'aime

    • charleswiseeder dit :

      Bonjour hélene,

      Juste pour rire, je me suis amusé a calculer le rapport entre tes probabilité de retrouver 1 fois ta mise a l’euro-millions en jouant 40 grilles par rapport a retrouver ta mise en investissant sur une start-up.

      L’avantage est à la startups avec une cote à 3087 contre 1.

      Ceci dit, la mise de départ étant plus importante (100€), la perte semble plus douloureuse sur les start-up.

      Cordialement,
      Charles

      Aimé par 1 personne

      • louisewiseed dit :

        Bonjour Hélène et Charles,

        Merci Charles pour le calcul : cela nous permet d’avancer sur de bonnes bases 🙂

        Hélène pour répondre à vos questions : le nombre d’investisseurs dans les start-ups augmente d’année en année relativement à l’augmentation de notre communauté. En relatif par rapport à l’immobilier qui est monté sur scène en 2015, on constate une croissance plus importante du nombre d’investisseurs immobilier-obligation, mais les deux modes d’investissement ne s’excluent pas l’un l’autre. Donc ce n’est pas parce qu’on propose un nouveau titre financier qu’on perd des investisseurs sur un existant.
        Le pourcentage de 77% est le le pourcentage total sur tous nos investisseurs.

        Concernant les frais : notre modèle économique est en effet réparti entre les investisseurs et les entrepreneurs, beaucoup d’autres plateformes pratiquent ce modèle. Cependant vous trouverez des plateformes qui fonctionnent différemment (quid de leur rentabilité et de leur durabilité ? L’avenir nous le dira).

        Nous ne sommes pas en train de réfléchir aux royalties aujourd’hui, comme indiqué nous nous orientons pour l’année 2018 sur du montage obligataire sur les entreprises.

        En espérant vous compter parmi nous bientôt !

        Bonne journée,
        Louise

        J'aime

  8. louisewiseed dit :

    Bonsoir John,

    Je n’ai que deux participations actuellement sur WiSEED (faute d’épargne disponible) : Poietis (le 1er tour) et Vectalys. Évidemment je me suis orientée sur ces dossiers car je maîtrisais bien leur technologie de par mon passé de chercheuse (j’ai une thèse en vectorisation de gène, pendant laquelle j’ai utilisé un modèle d’étude cellulaire en trois dimension… ;). J’ai réalisé ces investissements dans mes 6 premiers mois chez WISEED car pour moi il était important de connaître tout le processus côté investisseur.

    En dehors de WiSEED je suis actionnaire de deux brewpub (Brewdog : un des plus gros crowdfunding sans filet de l’histoire et Dr.D à Grenoble), le milieu de la brasserie m’intéressant tout particulièrement (un secteur en pleine « bierolution »).

    Mon portefeuille idéal depuis 2015 (date de mon arrivée chez WISEED) si j’en avais les moyens aurait été (et je parle bien de ma volonté d’investir au moment où les projets étaient en collecte, pas avec le recul désormais sur leur potentiel de performance) :
    – Poietis
    – Vectalys
    – Neolys Diagnostics
    – Save Innovation
    – Pumpart System
    – Gulplug
    – Odontella

    Bonne soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s