Une des parties les plus importantes de notre métier : la sélection des projets

Chez WiSEED, nous travaillons tous les jours pour proposer des projets innovants, porteurs de sens, et financièrement solides. Notre belle année 2017 s’est conclue par le franchissement des 100 M€ collectés, et nous vous en remercions ! Nous appliquons une politique de sélection de projets stricte (c’est pour cela qu’il y a parfois peu de projets sur la plateforme). Découvrez comment nous sélectionnons les projets, et posez vos questions !

La sélection des projets immobiliers

Les projets immobiliers proposés par des promoteurs et/ou marchands de biens sont soumis à un premier tri avant même d’arriver sur nos bureaux. Nos développeurs sillonnent la France à la recherche d’entreprises qui proposent des solides projets immobiliers. Le sourcing se fait grâce aux réseaux étendus de nos développeurs qui partent à la chasse au bon projet, et la présence sur des salons spécialisés :

Dès que les promoteurs nous font part d’un besoin de financement et nous présentent un dossier complet, celui-ci part dans les bureaux de WiSEED pour être étudié par nos analystes financiers. Vient alors la phase d’audit. Notre équipe d’analystes financiers exerce son approche par le biais d’un double regard : le premier porte sur le promoteur en lui-même et le second sur le projet.

Concernant le promoteur, nous cherchons à mieux le connaitre : Qui est-il ? Quelle est son histoire ? Quelle est son équipe ? Quelles sont ses réalisations ? L’historique du promoteur accompagne notre examen sur sa viabilité financière. Nous étudions également l’évolution passée et à venir de son chiffre d’affaires, ses capitaux propres, son endettement et ses liquidités.

Concernant son (ou ses) projet(s), nous nous basons sur quatre aspects principaux :

  • La partie administrative avec les autorisations d’urbanisme, le permis de construire, les promesses d’acquisitions du foncier et les éléments juridiques indispensables ;
  • La partie financière qui regroupe le bilan prévisionnel, incluant le détail du prix de revient, du chiffre d’affaires et de la marge. La répartition du financement de l’opération entre les fonds propres, la banque et la pré-commercialisation permettant d’évaluer la couverture du prix de revient (financement / prix de revient) ;
  • La partie commerciale, avec la grille de vente détaillée et les études de marché, s’intéresse principalement au taux de commercialisation réalisé, au rythme de vente et au prix du secteur ;
  • La partie technique se concentre sur des études de sol, les assurances prises sur le chantier et sur les entreprises intervenantes pour la conduite de celui-ci.

Cet audit se traduit avec notre outil de scoring. Vous pouvez ainsi retrouver sur chaque page immobilière les scores attribués au projet comme au promoteur dans le but d’obtenir un avis synthétique et transparent. Petite précision pour les plus inquiets : nos notes vont de A à E (ce n’est pas parce qu’un projet est noté D ou E qu’il n’est pas viable). Si le projet présente un risque excessif à nos yeux, il ne vous est pas présenté. Ces appréciations vous donnent juste un regard d’ensemble sur le projet et permettent les comparaisons.

Si le projet présente un risque excessif à nos yeux, il ne vous est pas présenté

Pour la prochaine phase, le projet reste au pôle immobilier de WiSEED et doit convaincre le comité d’engagement composé d’experts issus de la profession immobilière. Nous invitons des professionnels extérieurs à participer au comité. Tous les acteurs à la table considèrent le dossier à travers les grilles de lecture à laquelle ils marient leur expérience. Ces nouveaux regards offrent un jugement éclairé sur la situation et nous permettent de valider ou non un projet.

Le projet a été approuvé par le comité ? Il est temps de rentrer dans la phase de contractualisation. L’accord définit les conditions suspensives, le montage juridique, le taux d’intérêt, le montant recherché et la durée de l’emprunt obligataire. Après toutes les validations du montage, des conditions suspensives et de la page projet sur WiSEED, si tout est satisfaisant, la collecte se lance sur notre plateforme.

La sélection des start-ups

Le pôle startups de WiSEED voit de nouveaux projets arriver par trois canaux : (1) le travail de terrain des business developers qui restent à l’écoute des nouveautés dans l’écosystème ; (2) le réseau d’acteurs de l’écosystème avec qui nous sommes partenaires (comme le KIC Inno Energy, où nous siégeons au comité de sélection, ou encore le réseau de Business Angels BADGE) ; (3) les porteurs de projets qui soumettent leur dossier directement via notre site web.

Quelle que soit la voie d’arrivée de chaque dossier, ils sont tous traités avec la même exigence. Louise s’occupe prioritairement de prendre connaissance du fichier de présentation de la société : si le projet est pertinent en termes de secteur et de proposition de valeur, un échange avec les fondateurs de l’entreprise a lieu.

Cette étape a vocation à qualifier le dossier vis-à-vis des critères initiaux d’éligibilité pour les start-ups (société créée, équipe en place, caractère innovant, propriété intellectuelle financée, stratégie de financement et structuration juridique… et j’en passe). Selon le degré de maturité du projet, jusqu’à plusieurs mois d’échanges peuvent avoir lieu avant que le dossier soit près pour démarrer le processus. Le cas de la start-up Glowee est parlant : les décisions prises en synergie peuvent demander du temps, mais sont essentielles pour WiSEED comme pour le porteur de projet.

Ensuite, le dossier est présenté en revue commerciale. Cette revue initiale basée sur la documentation du projet, et le compte-rendu de qualification permet de prendre position pour aller sur l’étape suivante : l’e-vote. Si le projet est approuvé, des conditions générales de prestations encadrant notre intervention sont signées avec l’entreprise, l’engageant – entre autres – à ne pas se présenter sur une autre plateforme de crowdfunding.

vote wiseed

Les critères de vote pour les startups & PMEs sur WiSEED

Pour la prochaine étape, nous vous laissons la main. Grâce à une communauté active à qui nous faisons entièrement confiance et au système de vote, les WiSEEDers sont en charge de sélectionner les projets qui seront audités par nos équipes. Tout le monde dispose de quatre semaines pour poser des questions, juger les éléments analysés et émettre son avis.

Vos questions et opinions nous donnent une vision extérieure du dossier (quand on « a le nez dedans » on peut manquer d’objectivité) et participent à mettre en exergue des points sensibles avant même de démarrer l’audit. Enfin, ce n’est pas uniquement l’avis des WiSEEDers dont nous avons besoin, mais également vos intentions d’investissement.

Pour qu’un dossier soit validé en vote, il doit réunir 100 votants, 100 000€ d’intentions d’investissement, dont 25% proviennent de WiSEEDers investisseurs (qui ont déjà investi dans un projet sur la plateforme). Si le projet dépasse nos seuils d’intention avant la fin des 4 semaines de vote, il peut ensuite passer à l’étape suivante.

Ce n’est pas uniquement l’avis des WiSEEDers dont nous avons besoin, mais également vos intentions d’investissement

L’étape suivante est la Due Diligence (audit + négociations), réalisée par Céline, notre analyste et Alexis Noguès pour la négociation des modalités d’entrée au capital. De la plus grosse information au plus petit détail, Céline analyse tout. Si sa connaissance du milieu lui permet d’être juste dans ce qu’elle demande, elle dispose de critères universels qui offrent une grille d’appréciation du risque du projet.

Dans les autres cas, nous faisons appels à des experts internes ou externes (Louise pour la Santé, Stéphanie Savel pour la transition énergétique, nos partenaires…). C’est le moment de vérité pour la jeune entreprise : elle doit nous démontrer la cohérence de son plan d’affaire (le fameux business plan). Les échanges qui ponctuent les semaines ou les mois à venir portent aussi bien sur des éléments tangibles que sur des aiguillages stratégiques. Les durées d’audit sont ainsi variables selon la qualité du dossier et son appréciation.

  • Le premier élément à être examiné est l’équipe : Qui la constitue ? Les collaborateurs sont-ils investis ? Quelles sont les visions d’avenir ? L’équipe est-elle cohérente par rapport aux perspectives à court et moyen terme ?
  • Vient ensuite l’étude sur la technologie : L’entreprise a-t-elle déposé et exploité un brevet ou un actif de propriété industrielle ? En détient-elle la propriété ?
  • Le business est évalué selon l’état d’avancement du projet. Notre analyste est bien consciente que WiSEED finance des start-ups en phase early-stage, mais un proof-of-concept commercial est obligatoire. Elle étudie également l’amorçage commercial : Comment les fondateurs vont-ils prendre le tournant de la commercialisation ?
  • Pour finir l’analyse, les finances sont détaillées avec les documents du passé (liasse fiscale, arrêté comptable à mi-année) et les prédictions du futur (compte de résultat, plan de trésorerie, plan de financement prévisionnels). Plus le modèle de l’entreprise est souple, plus il a d’atouts.

Vous l’aurez compris, le travail de notre analyste cherche à mesurer le potentiel du projet face aux risques que nous acceptons de faire prendre aux investisseurs. Enrichi de l’avis de Céline, le dossier remonte en comité d’engagement WiSEED afin de prononcer son dernier GO/NO GO. Si le comité approuve le dossier, on passe à la négociation des modalités d’entrée au capital : valorisation de la jeune pousse et termes du pacte d’associé à venir (encadrement des actions de la WICAP).

Lorsque la discussion est menée, WiSEED signe une lettre d’intention (ou Letter Of Intent, LOI) avec l’entreprise qui encadre l’opération et inclut les futures clauses du pacte et conditions suspensives d’investissement. Celles-ci doivent être levées afin que les fonds soient versés à l’entreprise. Elles encadrent les engagements de l’entreprises suite aux éventuels points ciblés par l’audit, et si quelque chose ne se passe pas comme prévu ont pour objectif de protéger les WiSEEDers et notre équipe.

WiSEED signe une lettre d’intention qui inclut les conditions suspensives devant être levées afin que les fonds soient versés

Une fois tous les papiers signés, il est enfin temps de passer à la collecte !

La sélection des projets EnR

Né en 2016, le pôle « Énergies Renouvelables » (EnR) s’occupe d’accompagner acteurs industriels et investisseurs dans leur travail autour de la transition énergétique. Les projets présents sur la plateforme arrivent en premier lieu sur le bureau de Jean-Marc, notre Responsable du Pôle EnR.

Jean-Marc se charge de la phase de pré-qualification du projet. Il examine la solidité financière et la réputation technique de l’entreprise : Quel est le montant de ses fonds propres ? Quelles réalisations ont été fructueuses ? Comment travaille-t-elle ? Respecte-t-elle les obligations et règles légales ? Tous les projets qui font appel au financement sur WiSEED proviennent de développeurs expérimentés et qualifiés.

La typologie du porteur de projet est assez vaste. Petite, moyenne ou très grande entreprise, toutes peuvent prétendre à l’investissement participatif si elles soumettent un projet viable. Les très grandes entreprises viennent majoritairement dans le cadre d’un appel d’offres appelé CRE4, tandis que les petites et moyennes structures s’adressent directement à WiSEED et à sa communauté.

Une fois le dossier complété et validé, il peut passer devant le comité d’engagement, composé au deux tiers de professionnels extérieurs, le comité se veut le plus neutre et le plus qualifié possible. Les experts réunis autour de la table jugeront de la pertinence et de la solidité du projet en s’appuyant sur leur expérience et sur une grille d’analyse impartiale. Si le comité d’engagement est convaincu par le projet, celui-ci passera en phase d’audit. Si ce n’est pas le cas, le projet est évidemment refusé.

Chaque dossier passe devant un comité d’engagement composé au deux tiers de professionnels extérieurs et experts

Lorsque l’audit est validé, le projet démarre sa levée de fonds. Afin de favoriser une émulation territoriale, les collaborateurs du pôle « Énergies Renouvelable » se rendent sur le terrain. Ils rencontrent des citoyens concernés par le projet et les aident à devenir investisseurs. La campagne de recrutement a pour vocation de présenter le projet, mais aussi, le financement participatif.

La durée de la collecte dure généralement entre 1 et 4 semaines, bien qu’elle puisse d’allonger au-delà si les restrictions géographiques sont importantes (comme pour notre 1er projet autour de l’Allier). Une fois le montant réuni, le porteur de projet récupère la somme, lance ses projets, fournit des reportings réguliers à ses investisseurs et – bien sûr – les rembourse du nominal et des intérêts jusqu’à l’échéance.

Avez-vous des questions ?

Vous l’aurez compris, nous travaillons main dans la main avec vous et les porteurs de projets afin de ne sélectionner que ceux qui seront porteurs de valeur(s) et de sens. Nous recherchons constamment des projets porteurs de sens qui valorisent aussi bien la contribution humaine que la sécurité financière. Avez-vous des questions ? N’hésitez pas à les poser ci-dessous !

logo_W_vertL’équipe du Pôle Projets

WiSEED

25 réflexions sur “Une des parties les plus importantes de notre métier : la sélection des projets

  1. GÉRALD CORTIE dit :

    Bonjour,
    Merci à vous pour ces explications détaillées sur la sélection des projets.
    Une question : nous avons malheureusement dû faire face à la sortie négatives de plusieurs projets.
    Ces échecs vous ont-ils amenés à être encore plus exigeant dans la sélection des start-up ? Si oui, sur quels points ?
    Bonne journée

    J'aime

  2. louisewiseed dit :

    Bonjour Gerald,
    Merci de votre commentaire ! Bien sur, nous capitalisons sur nos échecs 🙂

    Chaque sortie négative est liée à une combinaison de facteurs, mais dans chaque cas certains sont prépondérants. Généralement, on est sur des choses très classiques : problème d’exploitation de propriété intellectuelle (c’est un point de notre audit), problème d’accès marché (c’est aussi un point de notre audit, mais plus difficile à mesurer car c’est surtout lié aux personnes), échec de la relation d’associés etc.
    Les points techniques sont vérifiables, mesurables… Les points humains ou conjoncturels (adressage marché, pénétration marché, concurrence qui peut ne pas encore exister au moment de notre audit…) plus difficile à anticiper, mais les expériences passées nous permettent de dire « rappelons tel dossier, nous sommes ici dans une configuration très proche, ne prenons pas le risque ».

    Bonne journée !

    Aimé par 2 personnes

  3. Denis dit :

    Bonjour,
    Le promoteur des programmes CORSEA PROMOTION 10 et 11 temporise les remboursements alors que le déroulement des programmes est conforme à ce qui était prévu. Sommes-nous sur un nouveau schéma de type TERLAT avec perte en capital ?

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Les programmes vont bien mais la communication avec le promoteur est difficile, ce qui nous conduit à cet suivre ces investissements avec une attention particulière. Nous préférons vous en dire plus en privé, comme nous le faisons régulièrement depuis quelques semaines. Merci pour votre bienveillance

      J'aime

  4. Fabien Raynaud dit :

    Merci pour cette transparence qui rassure sur la sélection faite.
    Concernant l’immobilier, y a-t-il des périodes creuses ? Je dis ça par rapport au très faible nombre de projets disponibles depuis le début de cette année.
    Pour les startups, nous avions déjà parlé du délai entre la phase de vote (avec le montant d’intention d’investissement) et la phase d’investissement. Plus la durée entre ces deux étapes est grande, moins l’intention est fiable. Au moment du vote, j’ai un certain budget alloué que je n’aurais peut-être plus à la phase de collecte de fonds (ou inversement).
    Quel est le taux de refus des dossiers présentés pour les 3 domaines (Immobilier, Startup, ENR) ?
    Pour les startups, avez-vous déjà pensé à présenter des cas plus risqués / plus early-stage pour des investisseurs au profil plus « aventurier » et expérimenté ?

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Bonjour Fabien, en startup c’est de l’ordre de 3% (https://www.wiseed.com/fr/lever-des-fonds/startups) en immobilier 10% (https://www.wiseed.com/fr/investir/immobilier). Sachez que le marché du financement participatif ayant évolué, ces taux de « sélectivité » sont moins pertinents à regarder qu’avant, puisque l’essentiel de notre travail aujourd’hui est d’aller chercher les beaux projets pour vous dès le début – ce billet de blog l’explique justement – au lieu de simplement sélectionner & trier parmi le flux entrant de sollicitations.

      Aimé par 1 personne

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Fabien,
      Merci d’être toujours actifs pour alimenter la discussion 🙂
      Nous essayons en effet de réduire le délais entre la phase de vote et de collecte, exactement pour les raisons que vous évoquez. Cependant l’expérience nous montre que le délais entre le vote et l’entrée en collecte n’est pas toujours un problème : les exemples de Pragma Industrie et d’Op2lysis, ou encore Ecrins à l’époque, nous montrent qu’on arrive très bien à collecter (voire à sur-collecter) malgré plusieurs mois (entre 6 et 9 mois sur ces dossiers) de délais entre la fin de vote et la collecte.
      Les intentions de vote sont toujours réalistes et fiables, car ce ne sont pas les même personnes qui votent et souscrivent in fine. On observe un taux de transformation très variable entre 5 et 50% selon les dossiers. Le montant des intentions d’investissement est donc « absolu » et pas « relatif » 😉
      Comme indiqué par Yannig, pour les Startup nous ouvrons des collectes pour environ 3% de la totalité des dossiers reçus. Les grands chiffres sont : 27% des dossiers entrants remplissent les critères d’éligibilité, 39% de ces dossiers sont sélectionnés et présentés en vote, 46% passent la phase de vote, et 64% des dossiers validés en vote passent la phase d’audit et démarrent une collecte.
      Nous présentons parfois des dossiers très early stage (Odontella, Aviwell par exemple), mais c’est souvent plus challenge et nous avons plus de difficulté à mobiliser la communauté sur ces dossiers. Cela vient d’une part du niveau d’avancement du dossier qui est moins tangible, et aussi du réseau autour du dossier qui est moins « constitué ».
      A bientôt !
      Louise

      Aimé par 1 personne

  5. charleswiseeder dit :

    Bonjour,

    Je suis d’accord avec Fabien concernant le problème de la pertinence dans le temps des intentions d’investissement.

    J’ai eu le cas d’investissement pour lesquels le temps a modifié mes intentions alors qu’il n’est à ma connaissance pas possible de supprimer une intention de placement.
    Par exemple voici deux cas, ou je n’ai pas suivi mes intentions d’investissement :
    Dernièrement deux sociétés de mon portefeuille, Cavisima et Solar cloth ont opéré de nouvelles levées de fonds. Lorsque j’ai reçus le premier questionnaire, j’ai indiqué une intention en décidant de réorienter mon budget d’investissement. Très peu après, J’ai reçus le second questionnaire pour l’autre société, pour laquelle j’ai quelques mois avant regretter de ne pas avoir investis plus à l’ origine. J’ai donc indiqué aussi une intention. Hélas pour moi les deux levées de fonds ont été en même temps. J’ai donc été obligé de choisir.
    La seconde configuration est beaucoup plus fréquente, les dossiers en vote trop longtemps. Dans la mesure où l’on n’a aucun moyen d’estimer la date de mise en collecte (si elle a lieu) dans un premier temps j’indiquais des intentions d’investissement mais régulièrement un meilleur projet apparaissait. Aujourd’hui je n’en indique presque plus car échaudé par le nombre d’intention que je n’ai pas été en mesure de réaliser pour des questions de calendrier.

    Je pense donc qu’il faudrait penser à un récapitulatif de nos intentions avec la possibilité d’annuler ou d’indiquer une période de validité de l’intention. Et peut-être une information ajustée sur le mois objectif de la mise en collecte ou de la date de la prochaine échéance. Car je suppose que vous avez une durée que vous vous fixez a partir de la quelle si le projet ne réunit pas le seuil des intention il est retiré.

    Cordialement,
    Charles

    Aimé par 1 personne

    • louisewiseed dit :

      Bonjour Charles,
      Nos messages se sont croisés, vous avez donc déjà quelques explications dans ma réponse à Fabien.
      S’il vous plaît : continuez à faire des intentions, même si vous n’êtes pas surs de pouvoir transformer en souscription ensuite ! 🙂
      En effet, la mécanique du vote est quasiment indépendante de qui souscrit au final, c’est véritablement une mesure réelle de la capacité d’investissement de notre communauté et de la communauté du dirigeant.
      Les critères de vote sont les suivants : dépasser 100k€ d’intentions d’investissement, dont 25% proviennent d’investisseurs « qualifiés » (des gens comme vous ayant déjà investi sur WiSEED). Ces seuils doivent être dépassés en 4 semaines, s’ils ne sont pas atteint, on arrête le processus.
      Dès que les seuils sont dépassés le projet peut théoriquement rentrer en audit, si son dossier d’audit est lui aussi complet.
      Le montant total des intentions d’investissement au bout des 4 semaines est celui qui nous permettra de déterminer un montant pour la collecte. Si on dépasse à peine 100k€ : on envisagera une collecte avec objectif de 250k€.
      Dans tous les cas, c’est l’audit par la suite qui est la dernière étape de Go/NoGo sur le dossier, et qui permet d’affiner le montant ouvert à la collecte selon la présence de co-investisseurs par exemple.
      Les projets restent en vote pendant la phase d’audit, mais les intentions ne sont plus prises en compte dans les calculs pour la collecte. Cela permet néanmoins de continuer à constituer une communauté autour des projets.
      Lorsque l’audit s’étend trop longuement (négociations de licence, attente de co-investisseurs…), nous décidons de retirer les projet de la visibilité de la plateforme (c’est le cas du dossier BioKawthar qui était en vote au T3 2017, ca a été le cas pour Op2lysis…).
      J’espère vous avoir éclairé !

      Aimé par 1 personne

      • Jérôme dit :

        Bonsoir Louise,
        Votre description ci-dessus est importante.
        J’avoue ne voter que pour les projets que je pense réellement financer. Afin de ne pas influencer un projet que je ne porterai pas… Mais les échéanciers sont parfois intenables et se percutent entre projets a financer.
        L’idée d’apposer des « stickers » qualifiant les projets « earlier stage » « projet mature » n’est pas si mauvaise, mais ne doit pas faire faire l’économie aux wiseeders de se pencher sur le projets plus en profondeur et questionner (son entourage et) les dirigeants sur le forum.
        Merci
        Jérôme

        Aimé par 1 personne

    • J-B AMARD dit :

      Bonjour,

      La fin 2017 a été très intense. Le nombre de dossiers entrants est stable d’un trimestre à l’autre avec une baisse significative au mois d’août. Les dates de mises en ligne des projets doivent conjointement répondre à votre besoin de sécurité et au besoin de fonds du promoteur. De nombreux dossiers vous seront présentés très prochainement.

      Cordialement,

      Aimé par 1 personne

  6. VILLEY Nicolas dit :

    Bonjour ,
    Vous êtes par définition très « transparents » .
    Qu’est devenu le projet immobilier B&B rue Victor Hugo entre Tassin et 69009 Lyon ?
    Les investisseurs ont-ils été remboursés ???
    Nous n’avons pas de statistiques sur l’équity malgré votre ancienneté :
    2009 Nombre de projets financés , qui végètent , sortie positive , négatives , LJ ???
    2010 idem
    2011 idem
    2012 idem
    2013 idem
    2014 idem
    Projets financés 2015 , 2016 2017 : LJ ???
    Bien Cordialement ,
    N.Villey

    J'aime

  7. Isabelle JEANVOINE dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article et pour les échanges qui ont suivi, tous intéressants, instructifs et rassurants.
    Cela me donne l’envie de continuer à investir, y compris dans des start up bien que le retour sur investissement (s’il a lieu) est très lointain. En effet, j’apprécie de pouvoir donner un coup de pouce, même modeste, à de jeunes entreprises innovantes, histoire de les encourager et de dire que je crois à leur projet.
    Cordialement
    Isabelle

    Aimé par 1 personne

  8. Thirion dit :

    Bonsoir
    Simplement une remarque qui est le fruit de ma petite expérience chez Wiseed.
    Le BP est très souvent très optimiste et les lenteurs des prises de décisions d’éventuelles clients sous estimées.
    Dans un nombre important de projets on a au bout d’un an ou deux la même réflexion des entrepreneurs : Notre CA a du mal a se développer à cause de la lenteur des décisions de nos prospects. Et cela pas simplement dans le public mais également dans le privé (dernier exemple Solarcloth System mais je peux donner de nombreux exemples).
    N’est ce pas le rôle de Wiseed de tempérer le prévisionnel de CA ou à tout le moins d’en tenir compte dans le résultat de son audit?

    J'aime

  9. louisewiseed dit :

    Bonjour Pascal,
    Merci de votre message, Céline serait plus à même de vous décrire son travail, elle est malheureusement alitée.
    Lors de l’audit, Céline retravaille quasi-systématiquement à la baisse les BP avec les dirigeants de l’entreprise (hypothèse basses de réalisations). Même dans cette perspective, nous savons toutefois que très peu des BP seront réalisés dans les temps. La logique est cependant de conserver un minimum d’ambition afin d’une part de booster les actions en interne dans l’entreprise, d’autre part de montrer le potentiel marché aux investisseurs.
    Il est vrai que les délais de mise en œuvre commerciale (signature) sont souvent très longs, en particulier lorsqu’on s’adresse à des secteurs B2B (mais l’inverse n’est pas vraie : la conquête d’un marché B2C présente d’énormes difficultés aussi !).
    Pour rejoindre l’échange avec Fabien sur les dossiers amonts et risqués : la réalité est que plus un dossier est jeune, moins les chances de réaliser le BP dans les temps sont élevées. Cependant certains y arrivent, nous avons de belles performances chez Poietis, Save, ou encore Vectalys, Micronutris… (et j’espère chez Pragma, Ffly4u… à venir !). C’est plus difficile pour les jeunes sociétés avec soit une technologie très disruptive, soit un modèle économique innovant (Glowee, Naïo…). Et comme dans toute aventure entrepreneuriale, nous ne sommes pas à l’abri d’écueils techniques ou conjoncturels que toute hypothèse à la hausse ou à la baisse n’aurait su anticiper.
    Généralement si l’équipe et la technologie est bonne, c’est une affaire de temps principalement, et de robustesse du modèle ainsi que de la trésorerie !
    Patience… 🙂

    Je note toutefois que vous sauriez apprécier une note plus « alarmiste » dans le Point de Progrès sur les pages projets. Nous indiquons déjà les étapes clefs à franchir ou les challenges spécifiques aux quels la société doit faire face pour décoller.

    Bien à vous,
    Louise

    Aimé par 1 personne

  10. Thirion dit :

    Louise
    Je suis bien d’accord avec vous, c’est la trésorerie qui est souvent le point d’étranglement de ces jeunes entreprises. Donc il faut porter une attention particulière à cet aspect des choses.
    En tant qu’ancien trésorier d’entreprises et depuis 20 ans consultants dans ce domaine je connais bien la fragilité de nos entreprises dans ce domaine.
    Je ne souhaite pas forcément une note alarmiste mais, comme je l’ai souvent pratiqué, un BP optimiste et un BP pessimiste qui permettrait de se rendre compte des besoins de trésorerie si le CA ne décolle pas et par conséquent des besoins en apport de capital.
    je veux aborder un autre point qui n’a rien à voir avec ce sujet mais je ne sai spas ou publier mon grand mécontentement. J’ai été désagréablement surpris de constater dans le reporting de Q4 2017 de Advansolar que cette société avait changé de nom sans que nous soyons au courant de ce point. Ni d’ailleurs de l’AG extraordinaire qui a du avoir lieu pour acter ce changement. Très mauvais point pour votre suivi qui pourtant s’améliorait.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s