WiSEED développe son offre en obligations amortissables, destinée aux entreprises matures et PME

Fin mai 2017, nous communiquions sur le premier projet proposé par WiSEED en obligations amortissables (OA). Mémé Georgette, marque de l’entreprise Citoyens du Monde, cherchait à lever 220 000 € auprès de la communauté (rémunéré à 6% par an sur 48 mois), montant collecté auprès de plus de 280 investisseurs. Fin juillet 2018, ceux-ci ont reçu le premier des quatre versements de capital et des intérêts. Devant l’engouement des investisseurs et des entreprises pour cet instrument financier, WiSEED a décidé de significativement développer cette offre.

L’intérêt des obligations amortissables (OA)

Sur WiSEED, les investisseurs sont surtout habitués à l’investissement en obligations remboursables in fine, à savoir le remboursement du capital et des intérêts à l’échéance du placement. Les intérêts sont calculés sur la totalité du montant initial du prêt sur toute la période (on parle d’intérêts composés). A l’inverse, le remboursement amortissable donne lieu à des flux intermédiaires de remboursement du capital et/ou d’intérêts (ces remboursements peuvent être mensuels, trimestriels, annuels…).

Chaque flux périodique comprendra alors le remboursement d’une partie du capital prêté en même temps que le paiement des intérêts sur la période échue, calculés sur le capital restant à rembourser à date. L’investissement en obligation avec intérêts composés (remboursement in fine) rapportera plus d’intérêts en absolu que l’amortissable, car les intérêts du premier sont calculés sur toute la période de l’investissement alors que les intérêts de l’amortissable diminuent à chaque échéance, vu que le capital restant dû diminue à chaque période.

L’investissement en obligations aux intérêts composés remboursées in fine rapportera plus qu’en amortissable, car les intérêts de celui-ci diminuent à chaque échéance

Meme Georgette investisseurs

281 WiSEEDers ont investi dans Mémé Georgette en OA

Néanmoins, le remboursement in fine présente plus de risques puisqu’il faut attendre la date d’échéance pour se voir rembourser le capital, alors qu’en format amortissable une part du capital est remboursée à chaque échéance, ce qui diminue le risque de perte en capital.

En plus de la qualité du projet Mémé Georgette, c’est cette différence de remboursement qui a séduit les investisseurs sur WISEED. Ceux-ci ont reçu, cet été, le premier versement de capital et d’intérêts. Ainsi, un investisseur ayant souscrit 100€ (hors frais, qui n’existaient pas en 2017) a reçu un versement de 31,00€ sur son compte de paiement, soit 25,00€ de nominal et 6,00€ d’intérêts bruts (en savoir plus sur la fiscalité des obligations et le calcul des intérêts nets, propre à la situation fiscale de chacun).

Un investisseur ayant souscrit 100€ vient de recevoir un premier versement de 31€, soit 25€ de nominal et 6€ d’intérêts bruts

La marque Mémé Georgette tient ses promesses et se développe

Citoyens du Monde, la SAS qui commercialise la marque Mémé Georgette, a non seulement remboursé les investisseurs en temps et en heure (c’est ce qu’on lui demande, me direz-vous…) mais son dirigeant a aussi soumis l’ensemble des reportings dûs aux WiSEEDers. Mémé Georgette a ouvert un site de e-commerce, pour acheter tous ses produits sans sortir de chez soi, ce que les WISEEDers n’ont pas tardé à relayer. La marque a aussi annoncé de nouveaux partenariats de distribution de sa gamme de produits bio.

Au-delà des réseaux sociaux, ceci a aussi été relayé sur sa page WISEED ainsi que dans les reportings encourageants et très complets fournis aux investisseurs. Voilà 1 an que ça dure, et il y a encore 3 ans d’aventure commune. Trois ans pendant lesquels la société continuera à développer son activité, avec l’appui des WiSEEDers, et à entretenir une communication de qualité avec ses investisseurs.

Et le projet Mémé Georgette a fait des petits !

Les obligations amortissables, de plus en plus présentes sur WiSEED

Solutions de financement WiSEED

En effet, vous l’aurez peut-être remarqué si vous êtes un investisseur actif : plusieurs projets en obligations amortissables vous ont été présentés depuis lors. Cet été, vous avez eu la chance d’investir notamment dans le secteur du logement et de l’immobilier

  • Virage Viager, entreprise qui propose une solution innovante permettant à un senior de vendre la nue-propriété de son logement tout en conservant un droit d’usage et d’habitation viager sur celui-ci, ayant levé 984 000€ en OA auprès de 877 investisseurs, à 8% annuel sur 36 mois ;
  • Le Mas Toulousain, constructeur de maisons individuelles faisant parti d’un groupe reconnu, ayant levé 200 000€ en obligations amortissables auprès de 272 investisseurs, à 10% annuel sur 24 mois ;
  • Un promoteur immobilier de référence dans le Sud-Ouest, dont l’opération n’est pas publique, ayant levé 740 000€ en obligations amortissables auprès de 925 investisseurs, à 8,5% annuel sur 48 mois.

Actuellement en collecte : CopSonic (8% par an sur 36 mois*)

Et actuellement, il y a un projet en collecte, dans le secteur du numérique cette fois-ci : CopSonic a inventé et breveté une technologie de communication en proximité autorisant l’échange d’informations sécurisées par ultrasons via les haut-parleurs et microphones de tous les appareils électroniques. La PME montalbanaise recherche 600 000 € (la collecte en est à 240 000€ à ce jour).

Le projet CopSonic prévoit qu’à chaque date anniversaire de l’émission, les investisseurs percevront le remboursement d’une partie du capital investi ainsi que les intérêts annuels. Vous récupérez donc chaque année une partie du montant investi ; les intérêts annuels sont ensuite calculés sur le capital restant dû. Par exemple, pour 1 000€ investis dans ce projet (soit 1 009€ avec les frais, merci Jérôme pour la remarque en commentaire ci-dessous) au bout de 36 mois vous toucherez 1 160 €* répartis de la façon suivante :

  1. Première année : 333,33€ de capital + 80,00 € d’intérêts bruts prévisionnels ;
  2. Deuxième année : 333,33€ de capital + 53,33 € d’intérêts bruts prévisionnels ;
  3. Troisième année : 333,34€ de capital + 26,67 € d’intérêts bruts prévisionnels.

Avez-vous des questions sur les obligations amortissables, ou sur le financement des PME en entreprises matures sur WiSEED ? N’hésitez pas à prendre la parole ci-dessous, ou en commentaire de ce billet sur le financement de PME écrit par un WiSEEDer. Pour toute question sur le projet CopSonic, rendez-vous sur la page « Commentaires » du projet.

A bientôt sur WiSEED,

Yannig Roth_6_NBYannig Roth

Directeur Marketing & Communication

WiSEED

*Rappel : Investir dans des entreprises, en obligations amortissables ou non, présente un risque de perte partielle ou totale du capital investi, ou un risque d’illiquidité. Cherchez à comprendre le fonctionnement des produits que vous acquérez, investissez uniquement dans des placements qui correspondent à votre profil, et diversifiez votre portefeuille.

11 réflexions sur “WiSEED développe son offre en obligations amortissables, destinée aux entreprises matures et PME

  1. jerome7573 dit :

    « pour 1 000€ investis dans ce projet, au bout de 36 mois vous toucherez 1 160 €* répartis de la façon suivante […] »

    C’est bien ce que j’avais imaginé quand Wiseed s’est mis à facturer « à part » des frais, ils ne sont plus indiqués dans les calculs affichés dans la « communication ».
    En réalité, c’est ~1150 qu’on touche (mais attention : 160 imposable, et non pas 150) ou ~1010 investis (~10 € de frais à l’entrée « étrangement » oubliés dans la présentation… Il faut bien les assigner quelque part), en aucun cas 1000 investis pour 1160 récupérés.

    Personnellement, ce genre de communication enlève des points dans le niveau de confiance (non binaire, ça réajuste juste le % d’investissement dans une plateforme) car il y a une forme de tromperie en cachant des frais lors de la présentation, je réitère ma déception sur le passage de Wiseed à de la non transparence (au nom de la transparence, sic) juste pour mieux afficher… Mais j’imagine que c’est rentable niveau marketing de perdre des gens qui s’offusquent du manque de transparence par rapport à ce que ça apporte comment nouvelles personnes, donc soit.

    D’autres comme font de l’amortissable depuis longtemps (certes par mois à la place d’années) sans faire des calculs affichés qui oublient des frais (ils sont intégrés au taux affichés, bref « normal »).

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Bonjour Jérôme. Je mentionne les frais au début (Mémé Georgette) mais j’ai oublié de le faire à la fin (CopSonic), je m’en excuse. Je viens d’ajouter cela au texte, en vous remerciant à nouveau pour votre vigilance.
      Néanmoins, la transparence fait partie de la façon dont nous fonctionnons et nous souhaitons conserver cet ADN. Sans cette volonté, il n’y aurait plus de forums (ça prend du temps de former les dirigeants à répondre aux questions et de répondre aux questions nous-même), plus de commentaires sous les billets de blog – ou plus de blog tout court, plus d’efforts sur les réseaux sociaux, plus d’enquêtes de satisfaction. Alors, OUI, nous devons nous améliorer sur un certain nombre de points, mais nous ne nous détournons pas de notre positionnement.
      Là où nous devons plus de transparence aujourd’hui, c’est (1) la mise en place d’un simulateur de rendements nets de frais et (2) la mise à jour des indicateurs de performance. S’il y a d’autres choses, merci de m’en faire part ici ou au sein de l’enquête de satisfaction, dont j’analyse personnellement les résultats.

      J'aime

      • jerome7573 dit :

        Le fait de publier (c’était sous modération) le commentaire malgré la critique est un bon point ;-).

        Mais n’enlève toutefois pas complètement la problématique du taux affiché : vous affichez toujours « 8% » pour CopSonic dans l’intertitre « 8% par an sur 36 mois » (bien plus visible) qui est trompeur en pratique (c’est le taux hors frais, pas le taux que recevront les prêteurs une fois les frais enlevés).
        Mon salut sera dans le législateur qui interdira peut-être un jour ces pratiques comme il l’a fait pour par exemple le taux de rendement des SCPI (interdit de communiquer le taux hors frais, c’est le taux par rapport à la dépense complète seulement, au nom de… la transparence justement 😉 )

        Vous montrez la complexité de vos choix en oubliant vous-même initialement les frais dans vos explications (ce que feront bien nombre de lecteurs même quand vous aurez le simulateur) et en devant allonger le texte, la plus belle démonstration d’un problème de transparence ;-).
        La complexité est l’ennemi de la transparence, un jour qui sait on reviendra à un affichage plus clair (un seul taux ou au pire plage de taux, celui net de frais et pas autre chose)…

        Je ne peux parler d’autre chose car avant ce soucis il n’y avait pas grand chose à dire de mon point de vue… Bon, je ne « spamme » pas plus, mon avis est fourni et si changement il y a ce sera à long terme.

        J'aime

        • YannigRoth dit :

          D’un côté, l’AMF nous donne des contraintes de communication liés aux projets (par exemple : mentionner les risques, indiquer « hors frais et fiscalité » pour chaque rendement brut affiché etc.) que nous respectons. Je suis d’accord que nous pouvons et devons mieux faire, mais cela prend du temps de développement et de mise en place dont les détails n’ont pas beaucoup d’intérêt, je pense.
          D’un autre côté, FPF propose des règles d’autorégulation imposées pour et par les plateformes, qui s’ajoutent aux contraintes légales (par exemple : le tableau des indicateurs de performances, sa fréquence de mise à jour etc.). Là aussi nous avons un peu de retard, et là aussi cela prend du temps que nous nous efforçons à rattraper.
          Tout cela pour vous dire que nous avons identifié les besoins et que nous travaillons dessus. Nous devons simplifier ce que nous faisons, notamment grâce à des outils (simulateurs, jauges, échéanciers etc.), pour le rendre compréhensible et clair. Nous avons plus de 10 ans de données, de projets, de contrats et une gamme la plus large du marché, c’est essentiellement pour cela que tout changement prend du temps. En plus des congés d’été et de notre volonté de ne rien mettre en ligne qui ne soit pas abouti. Pendant ce temps-là, afin que nos équipes puissent améliorer la plateforme et clarifier l’offre, je prends mon bâton de pèlerin et demande un peu de patience à tous ceux qui – avec raison – nous relancent.
          En espérant, par ailleurs, que ce billet de blog vous ait été utile,
          Yannig

          Aimé par 2 personnes

          • Charles S dit :

            HEllo,

            pour ma part je suis mes investissements minutieusement en positionnant les frais (Wiseed à l’entrée et iR+PS en sortie) mais aussi réduction d’iR que je positionne le 30/06/N+1 pour les Wicaps actions éligibles), sur mon logiciel de finances personnelles (actuellement Money).

            Ce dernier me recalcule automatiquement la rentabilité totale à l’issue, ligne par ligne et portefeuille par portefeuille.

            Je rejoins Jérôme cependant: communiquer avec un TAEG me paraît être un minimum.

            Cela dit (et même déjà dit), j’attends plus Wiseed sur la qualité de sélection des projets et aussi leur suivi, que sur ce niveau de frais qui me paraissent:
            1°) Légitimes
            2°) Modiques

            La réponse dans qq semaines, mois et/ou années, notamment pour les Wicaps.

            Crowdialement,

            J'aime

  2. Fabien Raynaud dit :

    Une excellente initiative qui contribue à diversifier l’offre WiSEED et à diversifier le type d’épargnants qui souhaitent investir.
    Plus d’offres (PME, ENR, startups, immoblier, etc.) , et donc chacun peut se lancer dans l’investissement selon ses choix personnels et son goût du risque.

    Aimé par 1 personne

  3. charleswiseeder dit :

    Bonjour,

    Est-ce que l’on pourrait savoir ce qu’aperçois un investisseur qui aurait investis 100€ (pour reprendre l’exemple) dans mémé Georgette dans son portefeuille ?

    Ce qui m’intéresse est surtout de savoir s’il faut retraiter les montants affichés pour connaitre le poids de son investissement dans son portefeuille.

    Cordialement,
    Charles

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Bonjour Charles. J’ai moi-même investi et le projet apparaît comme tous les projets en suivi de participation (voir https://wiseedblog.files.wordpress.com/2018/08/portefeuille.jpg). Etant donné que ce type d’investissement est récent, nous n’avons pas encore développé de mise à jour de l’échéancier ou de toute autre affichage spécifique aux investissements échelonnés. Cela vous serait-il d’une grande aide ? Ou demandiez-vous sans cette idée en tête ?

      J'aime

      • jerome7573 dit :

        Je pense que les gens (dont moi) regardent le « vous avez investi » et surtout le total de cette colonne comme le patrimoine en cours de gestion par Wiseed, surtout comme vous avez commencé avec du in fine. Comme vous partez sur de l’amortissable, il va vous falloir un tableau de bord qui gère ce cas, et/ou en attendant que cette colonne reflète plus le patrimoine en cours de gestion (donc pour de l’amortissable 3 ans de 100 €, au bout d’un an afficher une remboursement de 33 € et un « investissement » de 67 €), sinon il y en a qui risquent de râler au bout de 3 ans quand 100 € disparaît du portefeuille mais 33 (+interets) € apparaît (à raison, mais surprenant) sur le compte en banque.
        Des concurrents ont 2 colonnes « investi » (100) et « encours » (67), mais une colonne de plus pour vous qui avaient déjà pas mal de colonnes peut être trop chargé.

        Aimé par 1 personne

      • charleswiseeder dit :

        Bonjour Yannig,

        Merci pour cette réponse. A ce jour, je n’ai pas d’investissements en obligations amortissable. Donc, c’est une innovation qui ne m’apportera rien à court termes. Cependant, un peu comme jerome7573 je regarde le total de la colonne « vous avez investi » pour savoir si je suis surinvesti ou sous-investis par rapport à mon objectif. Donc si j’ai une ligne qui affiche 100 mais dont l’encours est 33, une autre qui afficherais 400 avec un encours de 300 et une troisième avec 200 pour 160 d’encours. Le portefeuille demandera trop de retraitements pour pouvoir continuer à être utiliser directement.

        Ceci dit, j’admets que je suis déjà à la recherche d’une solution logicielle satisfaisante car la multiplicité des formes de placements complexifie leur suivit. Donc peut être que le problème est juste un problème de nombre de lignes qui fait que j’ai moins de temps a consacrer a chaque ligne.

        Cordialement,
        Charles

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s