Investissement en equity crowdfunding : comment « jauger » un projet (et pourquoi WiSEED n’affiche pas le montant collecté) ?

L’investissement en equity crowdfunding a beaucoup été étudié par les chercheurs. Généralement, les recherches portent sur les déterminants du succès d’une campagne ou sur les raisons ayant poussé tel ou tel investisseur à supporter un projet. Mais peu de recherches ont été faits sur l’effet « moutonnier » induit par une jauge d’investissement. Voici un article co-écrit avec Fabrice Hervé (Professeur de finance à l’Université de Bourgogne) et Armin Schwienbacher (Professeur de finance à SKEMA Business School), qui ont analysé le sujet.

Les recherches actuelles portent sur une diversité de facteurs

illustration bureaux wiseed toulouse_10

Maxime et Jean-Marc regardent un dossier avant mise en ligne sur WiSEED.com

Par exemple, les signaux convoyés par la qualité de l’équipe porteuse du projet en financement, par un dépôt de brevet, par la quantité de titres offerts dans le cadre d’une campagne ou encore par la taille du réseau de contacts de l’entrepreneur ont été l’objet de l’attention des chercheurs.

Pourquoi ? L’idée, très simple, est que ces signaux véhiculent une information auprès du financeur et lui permettent de se forger une opinion sur le projet en financement. In fine, ces éléments participent de sa décision d’investissement. Ce billet d’un WiSEEDer actif en témoigne bien, d’ailleurs.

Un autre signal, beaucoup plus simple à décrypter que ceux évoqués à l’instant (quoiqu’un signal indirect de la qualité du projet), est susceptible d’influencer la décision du crowdfunder : le montant déjà investi dans un projet par les autres membres de la communauté d’investisseurs. Plus un projet est soutenu financièrement, plus il continue à être soutenu.

 

progress-bar

Animation via Justinmind.com

Ceci est d’autant plus vrai que la collecte de financement vient d’ouvrir ; a contrario, plus on attend, moins la chance d’être financée est importante. Cet effet boule-de-neige est intéressant dès lors que l’on est sûr que les bons choix sont menés dès le début et qu’ils sont entrepris par les bons investisseurs.

Ces effets grégaires d’investissements en meute peuvent avoir la vertu d’aider un entrepreneur, mais pas toujours pour de bonnes raisons. La réussite d’une campagne de collecte peut tout simplement résulter de la simple chance : un individu s’enthousiasme sans raison valable pour un projet et les autres le suivent en pensant – à tort – qu’il a investi pour de bonnes raisons.

L’on peut aussi imaginer le contraire et penser à un projet de grande qualité qui n’est pas financé parce que les investisseurs ne se sont pas jetés dessus immédiatement. Ainsi, ce n’est pas une grande découverte pour un crowdfunder, il est complexe d’identifier le meilleur projet qui est le plus susceptible de réussir et de porter ses fruits, voire de devenir une licorne à la française !

Comprendre l’effet de la disparition de la jauge en 2014

Afin d’éviter la survenance de comportements moutonniers, WiSEED a décidé à partir d’octobre 2014 de ne plus afficher de jauge indicative du degré de financement d’un projet. Fabrice Hervé (Université de Bourgogne) et Armin Schwienbacher (SKEMA Business School) ont étudié l’influence de la disparition de cette jauge sur les décisions d’investissement de la communauté des WiSEEDers.

L’enseignement principal de leur recherche est que la suppression de cette information a permis aux investisseurs de renforcer l’effet de leur expérience en matière d’investissement. Le raisonnement mené par les deux chercheurs est le suivant…

Le biais du nombre rond

D’abord, l’on sait que les investisseurs sont sujets à des biais cognitifs, que leurs décisions ne sont pas toujours pleinement « rationnelles » au sens où elles ne sont pas la résultante d’un long calcul ou d’un long raisonnement mathématisé comme aiment à le faire les financiers.

Les gens du monde de la finance aiment la rationalité et aiment à rationaliser les choses avec des outils mathématiques compliqués. Mais, les individus ne sont pas des foudres de calcul et ils préfèrent se simplifier la vie en faisant des choix souvent très simples face à des décisions complexes.

Pourquoi ? Parce que dans la vie, il n’y a pas que des décisions financières à prendre et que le recours à un choix simplificateur permet de gagner du temps, temps que l’on va pouvoir accorder à sa famille ou à des loisirs divers et variés. Cela vaut pour toutes les catégories d’investisseurs, que ceux-ci soient des professionnels aguerris, des capital-risqueurs ou des business angels, ou qu’ils soient des investisseurs non avertis.

Les deux chercheurs ont donc étudié les investissements menés par la communauté des WiSEEDers entre 2009 et 2016. Ils ont essayé de voir si des comportements étonnants survenaient.

Leur réponse est que c’est bien le cas puisque les investisseurs ont une certaine propension à investir des montants « ronds ». Par exemple, plus de 2 000 personnes ont investi un montant de 1 000 euros dans un projet proposé par WiSEED alors que seulement 25 personnes ont investi un montant de 1 100 euros ou de 900 euros.

A priori, il n’y a pas de raison objective pour que les investisseurs aient 80 fois plus de chances d’investir 1 000 euros que 1 100 euros. Cela montre que les investisseurs sont sujets à un biais cognitif, dit biais du nombre rond : l’on préfère investir un montant rond car il est plus familier, nous rassure et cela simplifie notre choix.

L’effet de l’expérience d’investissement

C’est alors qu’intervient la seconde partie du raisonnement des chercheurs : les travaux dans le domaine de la psychologie ont montré que plus les individus se sentent en situation d’incertitude, plus ils sont soumis à des biais cognitifs. Ils interprètent la suppression de la jauge de progression de collecte d’une campagne comme un accroissement de l’incertitude.

Cette interprétation tient à l’idée que la jauge colporte de l’information sur l’appréciation du projet par la foule et aide à prendre une décision. C’est un peu comme lorsque l’on doit choisir un restaurant pour le dîner, l’on a tendance à chercher un restaurant rempli car c’est le signe qu’il est de qualité puisque plein de personnes y dînent… Vous devez vous retrouver dans cette idée, non ?

La disparition de la jauge de collecte à partir de 2014 étant une source d’incertitude, les investisseurs se retrouvent alors démunis puisqu’ils perdent un outil commode pour les guider dans leur décision. Sans outil complémentaire, ils sont alors probablement plus susceptibles de se laisser guider par une tentation simplificatrice d’investissement par un montant rond.

WiSEED a fait ce choix pour éviter les effets de polarisation sur un projet et pour traiter les entrepreneurs sur un pied d’égalité. Au vu des résultats évoqués ci-dessus, l’on pourrait être tenté de se dire que ce choix a favorisé la survenance d’un biais chez les investisseurs. Mais, c’est sans compter sur l’intelligence individuelle et collective !

La disparition de la jauge, si elle a pour effet d’accroître l’incertitude, a aussi eu pour conséquence de favoriser l’apprentissage et la réflexion chez les investisseurs : les résultats de la recherche montrent qu’en l’absence de jauge, plus un investisseur est expérimenté (c’est à-dire plus il a l’habitude d’investir chez WiSEED), plus il mène ses choix de manière raisonnée.

Les investisseurs réalisent des investissements en toute réflexion et profitent d’un effet d’expérience. La suppression de la jauge est venue favoriser l’apprentissage de l’investissement et renforcer le poids de l’expérience des investisseurs. A défaut d’utiliser la jauge comme signal indirect, les investisseurs doivent se fier à leur propre jugement et expérience.

Conclusion : c’est en investissant plus souvent que l’on devient un investisseur plus averti !

L’avis de WiSEED sur ces résultats

La collaboration avec des chercheurs est bénéfique pour les entreprises (Financement Participatif France y souscrit d’ailleurs avec la création du comité scientifique sous la houlette de Benoit Granger), et elle est trop souvent décriée comme chronophage ou inutile par celles qui n’en comprennent pas l’intérêt. Les résultats des Professeurs Hervé et Schwienbacher sont très intéressants pour mieux comprendre le comportement des investisseurs sur WiSEED…

Mais pas uniquement sur WiSEED ! En pleine levée de fonds chez un confrère (qui a désormais réorienté ses activités), un entrepreneur se confiait récemment quant à son expérience de financement participatif :

« …se rajoute au mauvais timing de lancement le fait que nous avons démarré notre campagne de crowdfunding avec une jauge d’investissements à 0 – quand il est vivement conseillé d’avoir au préalable agrégé quelques dizaines de milliers d’euros auprès de business angels pour afficher une première dynamique dès le début de la collecte. Concrètement, au lancement, il faut que la jauge d’investissements affiche au moins 30% du montant recherché. Le message passé […] est désastreux : 5 600 euros investis en un mois et demi, c’est quoi ce canard boiteux ?« 

Il s’agit du comportement moutonnier (désolé pour ce terme à connotation péjorative) que nous cherchons à minimiser, et qui nous a mené à ne plus afficher de barre de progression de collecte. Il est vrai que nos confrères affichent presque tous une jauge de collecte ; alors pourquoi ne devrions-nous pas le faire ?

C’est une réflexion à mener, mais elle n’est pas prioritaire en ce moment. Conformément aux résultats de Hervé et Schwienbacher, nous souhaitons plutôt favoriser l’apprentissage et l’acquisition d’expérience par les investisseurs. C’est pour cela que nous n’avons pas prévu, pour le moment, de remettre une jauge.

Les collectes se passent très bien telles qu’elles sont affichées et nos investisseurs comprennent la justification que nous leurs donnons. Les montants sont régulièrement donnés sur les sections « commentaires » et « news » des projets sur WiSEED, ainsi que sur les réseaux sociaux.

Un exemple :

Cet exemple de Gulplug, dont la collecte s’est finalement clôturée à 474 300 €, illustre le fait que nous n’avons aucun souci avec l’affichage de la progression ; nous recommandons d’ailleurs aux porteurs de projet de toujours bien communiquer.

Mais nous préférons que cette communication soit à l’initiative de WiSEED et des entrepreneurs, car une jauge vide fera toujours peur !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Merci pour vos commentaires.

Yannig Roth_6_NBYannig Roth

Directeur Marketing & Communication

WiSEED

PS : La référence de l’article est Hervé, F. & Schwienbacher, A. (2018). Round-Number Bias in Investment: Evidence from Equity Crowdfunding. Finance, vol. 39,(1), 71-105. Il est disponible sur demande auprès des auteurs (fabrice.herve@u-bourgogne.fr & armin.schwienbacher@skema.edu).

PPS : Félicitations à Elodie Manthé, qui a initié ce projet de recherche avec Fabrice et Armin lorsqu’elle travaillait encore chez WiSEED, et qui a récemment soutenu avec succès sa thèse de doctorat intitulée Analyse du comportement d’investissement en equity crowdfunding : une approche par la valeur consommateur.

26 réflexions sur “Investissement en equity crowdfunding : comment « jauger » un projet (et pourquoi WiSEED n’affiche pas le montant collecté) ?

  1. E. Thouy dit :

    Ma réaction n’est peut-être pas dans le droit-fil du propos.
    Elle concerne la « mathématisation de l’incertitude » (Voir Nash et autres).
    Les « financiers » en sont friands, et cela induit des comportements moutonniers, entre eux d’abord puis via leurs adeptes, dont l’accentuation des mouvements en bourse est un exemple.
    Tout est dans la compréhension que l’on a de ce que l’on observe. L’avenir n’est pas prédictible et la mathématisation n’y peut rien. De bons projets peuvent échouer, et des mauvais réussir.
    Il semble que le crowdfunding mêle des investisseurs idéologiques à des investisseurs plus comptables. Les uns diffèrent des autres sans qu’aucune mesure ne leur soit commune.
    Ou, plus simplement, aucune mathématisation ne conduit à une martingale.
    Mieux donc vaut préférer une étude, qui constitue par elle-même une réflexion, à des indices auxquels on finit par attribuer une valeur inhérente aux projet, alors que si valeur il y a, elle reflète plus celle des investisseurs.
    Donc merci pour la réflexion et le propos qui renvoie des images à prendre en compte.
    Quant aux restaurants, choisir les plus remplis permet peut-être d’éviter les pires. Mais il risque de n’y avoir pas de découverte.

    J'aime

  2. Marc dit :

    Les différents résultats sont intéressants, mais je ne comprend pas vraiment cette partie : « les résultats de la recherche montrent qu’en l’absence de jauge, plus un investisseur est expérimenté (c’est à-dire plus il a l’habitude d’investir chez WiSEED), plus il mène ses choix de manière raisonnée ». Comment sait-on que ses choix sont plus raisonnés au fil de ses investissements ? J’ai du mal à saisir ce principe.

    J'aime

    • stephaniewiseedcom dit :

      Bonjour
      Et merci pour ce commentaire.
      Il faut comprendre le terme « raisonnée » au sens propre, c’est à dire que la décision résulte d’une analyse du projet et non d’un « effet moutonnier ».
      Cela ne signifie pas pour autant que la décision est plus fiable, dans la mesure où, là encore des biais peuvent intervenir.

      J'aime

  3. bruno blum dit :

    je pense que le vernis scientifique pour expliquer l’absence de jauge ne tient pas la route.
    Dans les commentaires, plus la date de clôture approche, plus la question du montant de la collecte apparaît, quand elle n’est pas quotidienne.
    C’est un critère comme un autre, au même titre que le business plan ou les info financières. il permet de comprendre l’attractivité d’un projet et permet, c’est clair, de se rassurer sur ses propres choix. De toute façon on voit bien que la collecte , sur les bons projets, s’affole dans la semaine (le jour!) de clôture.
    je suis donc très favorable a ce que le montant de collecte soit affiché. Pourquoi ne pas prendre la décision en fonction de ce que souhaite vos clients (nous les Wiseeders), plutôt que sur une base scientifique discutable

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Merci Bruno pour votre avis. Pour être honnête avec vous, peu de clients nous le demandent en réalité, et lorsque nous expliquons pourquoi il n’y a pas de jauge (comme ici, mais aussi au téléphone, par mail etc.) ils comprennent très bien et l’acceptent. Il est certain que c’est une information utile – l’avancement de la collecte – mais c’est à double-tranchant car cela ne facilite pas la gestion des collectes. Etant donné que WiSEED, c’est 95% d’investissement de particuliers comme vous et moi, nous nous devons de trouver constamment des leviers et des solutions pour animer les levées en cours. Notre expérience nous permet aujourd’hui de piloter des collectes en fonction d’un ensemble de faisceaux (ticket moyen, vitesse de collecte, part de Premium, part de nouveaux etc.) et nous ne souhaitons pas introduire un biais supplémentaire et systématique, celui du comportement « social » (pour ne pas dire « moutonnier ») de l’investissement. C’est un choix que nous assumons, et les résultats décrits ci-dessus visent juste à apporter des éléments supplémentaires pour l’expliquer. Si, demain, nous faisons 80% de notre collecte avec des fonds institutionnels qui nous permettent d’être certains de financer chaque projet à 100% en peu de temps, nous changerons très probablement notre raisonnement… mais cela changera beaucoup d’autres choses, en particulier la place laissée aux investisseurs particuliers et le temps/soin passé à communiquer les projets avec soin.

      Aimé par 1 personne

  4. Fabien Raynaud dit :

    Je partage tout à fait cet avis de ne pas afficher cette jauge.
    Pour investir dans un projet, il faut avant tout se convaincre soi-même, se forger sa propre conviction, et non pas être influencé par les autres (quitte justement à le regretter quand les choses vont mal).
    Je préfère largement la section « Commentaires » qui est riche d’informations et d’échanges (beaucoup plus qu’une simple jauge).
    Quant à la « mathématisation de l’incertitude », l’exercice est d’autant plus compliqué (voire irréaliste) pour des jeunes startups, pour lesquelles le risque fait partie intégrante du projet.
    Et pour finir, je partage à 200% la conclusion « C’est en investissant plus souvent que l’on devient un investisseur plus averti ! ».

    J'aime

  5. Joseph dit :

    Le lien menant vers l’article de Fabrice Hervé (Université de Bourgogne) et Armin Schwienbacher (SKEMA Business School) sur la disparition de la jauge est vide ou inactif. Puis-je avoir le bon lien?

    J'aime

  6. Philippe dit :

    Article très intéressant qui montre les biais induits par la « preuve sociale » de Cialdini. L’absence de jauge m’a poussé à me faire ma propre opinion sans avoir à me demander le cas échéant, pourquoi la jauge ne reflétait pas mes préférences. Contrairement à Bruno, j’ai tendance à penser que ce sont les bases non scientifiques qui sont discutables. La jauge a aussi comme biais (donc non rationnel) de pousser à agir en créant un sentiment d’urgence ou inversement de stopper l’action par la croyance qu’on aura le temps plus tard.

    J'aime

  7. Marc dit :

    Excusez-moi pour mon second post, mais avez-vous envisagez la possibilité de faire apparaître une jauge aux wiseeders ayant déjà souscrit au projet ? Je peux me tromper, mais il me semble que ce sont ces personnes qui demandent le plus régulièrement comment la collecte avance, donc ils ne sont à priori plus sensible à l’effet « mouton ».

    Aimé par 1 personne

    • YannigRoth dit :

      Nous y avons pensé oui ! Mais on s’est dit que certains souscriront 100€ « juste pour voir » sans que cela soit véritablement utile à la société qui lève des fonds, tout en biaisant les chiffres (ex : ticket moyen) qui nous permettent de jauger la dynamique de collecte, de planifier nos relances, de rassurer le dirigeant sur la perception du projet par les investisseurs etc. Qu’en pensez-vous ?

      Aimé par 1 personne

      • Fabien Raynaud dit :

        Quand j’ai investi dans un projet, je préfère effectivement que les relances (si la levée de fonds « traine » un peu) soient faites.
        La visibilité de la jauge serait assez peu utile dans ce cas ; mieux vaut re-communiquer, faire du lobbying.

        J'aime

  8. Charles S dit :

    Très intéressant votre article.
    Pour ma part je n’avais même pas réalisé qu’il n’y avait + de jauge ! Sage décision. Bravo Wiseed !
    En revanche je confesse devant cette noble assemblée, que j’ai fait partie des moutons grégaires en souscrivant notamment la wicap GLOWEE, impressionné par le nombre d’investisseurs (> 1200 je crois me souvenir). De fait j’avoue aussi me fier davantage à mon instinct, et compense ma relative imprudence par des tout petits tickets.
    Pour ce qui est d’être averti, bien sûr il y a l’expérience, mais pas que. Personnellement avoir pris le bouillon sur NEWIND, BLITZR et MULTEEGAMING m’a passablement éduqué, croyez le bien. Depuis lors, mes tickets se sont réduits et je suis + attentif sur certains critères personnels (industrie, brevets, équipe, proximité du marché).
    En revanche sur l’immo, et les prêts, je persiste dans un certain coupable laxisme, probablement grisé par le succès de mes opérations.
    Je suis donc très loin des mathématiques et de la rationalité, que je ne trouve d’ailleurs pas très glamour. je laisse tout cela aux spécialistes. Et franchement les BP et prévisions d’effectifs d’une start-up sans track record, vous y croyez vous ? D’autant qu’évidemment, ils penchent tous vers le haut.
    Ce sont plutôt les échecs qui m’apprennent.
    Crowdialement,

    Aimé par 1 personne

  9. nicolas dit :

    Le point de vue est intellectuellement très intéressant, merci aux chercheurs qui nous ouvrent l’esprit.
    Je n’ai aucun doute qu’un jauge vide insiste moins à investir qu’une jauge pleine ou que les investisseurs particuliers préfèrent les chiffres ronds.
    Mais les raccourcis scientifique de cause à effet de l’articles semblent discutables. Il eut peut-être été plus judicieux, pour avoir un raisonnement scientifique plus fin, que l’article soit rédigé par les chercheurs plutôt que par le directeur marketing et communication de Wiseed qui semble surtout vouloir justifier l’absence de jauge (en même temps, c’est son job et c’est honnête : ce bias là était annoncé dans le titre).

    Voici un autre point de vue très pragmatique sur les chiffres ronds :
    Des chiffres ronds sont plus jolis dans un tableur xls, sont plus rapides à additionner de tête et permettent de calculer de tête les pourcentages ; désolé de faire baisser le niveau du raisonnement scientifique !
    Les frais que Wiseed ajoute transforme mes 2000 rond en 2018 pas rond du tout et à chaque fois ça pique les yeux (et rappelle à chaque fois les discussions sur les frais)

    Voici un autre point de vu tout aussi peu théorisé pour la jauge et l’effet mouton:
    Wiseed ne rémunère pas la durée entre le versement des fonds et l’investissement, donc investir sur un projet qui va mettre 30j ou 60j à se boucler, c’est de l’argent bloqué pour rien et qui en plus nous empêcherait d’investir sur un projet plus intéressant publié plus tard
    J’aime bien payer ce que je dois rapidement, ça évite aussi les oublis, donc je verse rapidement les fond après m’être engagé
    Donc :
    o si la gauge est vide : il n’y a pas d’urgence à bloquer son argent, même si le projet passe le seuil de décision d’investissement
    o si le projet collecte rapidement : il faut se bouger pour investir sur un projet, qui remplit ses critères de décision d’investissement
    o si le projet arrive en fin de collecte : il faut se bouger encore plus pour investir sur un projet, qui remplit ses critères de décision d’investissement
    Un projet (startup) mal financé ou financé tard/lentement est un projet à risque (même s’il est bon, il faut de l’argent au bon moment et en quantité suffisante), une jauge vide est donc effectivement un indicateur de risque. Un projet surinvestit donnera de la marge de manœuvre a ses dirigeants. De plus, un projet qui aiguise les appétits et collecte rapidement, est plus susceptible de réussir une deuxième levée de fond et de survivre aux aléas, qu’un projet qui ne plais pas
    Ma conclusion: une jauge accessible facilement fait gagner du temps et permet de mieux arbitrer/choisir ses placements

    J'aime

  10. charleswiseeder dit :

    Bonjour,

    Je suis d’accord avec Nicolas, les chiffres ronds s’expliquent par notre côté amateur. En effet, la tendance naturelle est celle de la facilité. Donc, là ou un professionnel vas analyser un montant d’investissement en fonctions de règles de calculs. Pour un amateur, il décide d’un montant qu’il va investir avant même d’analyser l’entreprise, puis se limite à un go/no go. Il n’y a pas de réelles analyses du montant à investir.

    Apres je fais aussi partis de ceux qui aimerais voir les jauges. Car il ne faut pas se faire d’illusion. La première chose que doit faire une entreprise pour réussir sa levée, c’est de pousser l’investisseur à s’intéresser à son projet. Et en l’absence de jauge, personnellement, je l’assimile à une jauge à 0, là où la présence d’une jauge peut pousser à analyser un projet en priorité.

    Cordialement,
    Charles

    J'aime

  11. Marc dit :

    « Mais on s’est dit que certains souscriront 100€ « juste pour voir » sans que cela soit véritablement utile à la société qui lève des fonds, tout en biaisant les chiffres »
    J’imagine que c’est un comportement très marginal mais vous avez certainement raison de le prendre en compte. Peut-être une mise à l’essai pourrait-elle être intéressante, et si effectivement de tels comportements venaient à apparaître, retirer la fonctionnalité (peut-être est-ce plus compliqué pour vous de retirer une fonctionnalité existante que d’en ajouter une, vis à vis des attentes des wiseeders ?).
    Sinon je rejoins ce qu’on dit certains au dessus, en tant qu’amateur, les chiffres ronds sont plus faciles pour moi à appréhender, et les frais de 0,9% viennent foutre le bordel dans mes tableurs (sans vouloir relancer les débats sur ces frais). 🙂

    J'aime

      • bruno blum dit :

        Loin de moi, l’idée de critiquer les projets que vous évoquez. Je leur souhaite le plein de réussite. ils ne rentrent pas dans mes critères (subjectifs) . Ce n’est donc pas un jugement de valeur. Torskal par exemple est un projet intéressant, mais encore très en amont pour moi a son stade de développement. Hors immobilier, je voudrai vous inciter a aller vers des sociétés d’innovations françaises dans les secteurs de cyber-sécurité, de mobilité au sens large (je vous suis en autre sur Gulplug et Book & plug), sur des vrais projets d’intelligence artificielle (en étant sélectif sur ce créneau un peu spéculatif). je vous invite aussi a prospecter des sociétés de sante digitale, car c’est une tendance lourde des prochaines années. Bruno B.

        J'aime

  12. Fred R dit :

    Merci WiSEED pour cet article éclairant !
    J’ai moi aussi, en un autre temps, plaider pour que cette jauge ne soit pas affichée car elle ne motive pas l’investisseur (tout petit que je suis) à se documenter sur le projet en lui-même ou sur le processus d’investissement tout simplement.
    La jauge est certes rassurante mais se rapproche trop, à mon goût, d’un affichage de jeu vidéo… alors que non, même si la « barre de vie » n’est pas remplie, ça ne signifie pas obligatoirement que le joueur (projet) est à la peine !
    Il faudra juste aller piocher les infos pour se faire sa propre opinion.
    Belle continuation !

    Aimé par 2 personnes

  13. Jérôme dit :

    Bonjour,
    Intéressant point de la jauge. On ne parle même pas d’un coup de pouce (hors toute déontologie) qui pourrait pousser une quelconque plateforme à bouger le curseur d’une jauge, afin d’attirer des investisseurs …
    Bonne continuation Elodie !

    J'aime

  14. bruno blum dit :

    Sans continuer a gloser sur le sujet car j’ai bien compris que malheureusement vs ne changeriez pas d’avis, quand je consulte des collectes terminées, n’apparaissent que le nombre de Wiseeders participants (info a mon sens annexe) et pas (sauf erreur de ma part due a une recherche approximative) le montant collecte. La clôture étant prononcée il n’y a plus de moutons qui comptent, Vous devriez ajouter cette info.
    Le début de l’année est un peu mou en projets innovants. Vous avez des projets dans le pipe ?

    J'aime

    • YannigRoth dit :

      Merci Burin pour votre commentaire. C’est dommage de dire qu’il y a peu de projets innovants, il y a 3 projets en vote et qui sont actuellement en cours d’audit par nos analystes (LUMI’IN, ENER PACTE & HERA-MI). On ne peut pas en dire plus pour le moment, mais s’ils sont là c’est qu’ils méritent d’être vus, discutés et analysés. De plus, 1 projet est entré en vote la semaine dernière (TORSKAL), et il a déjà beaucoup de votes (positifs). Pour terminer, une petite note de contexte : de nombreux projets ont préféré décaler au premier trimestre 2019 ou ont été retardés lors des fêtes de fin d’année, et n’ont pas encore vu la lumière sur WiSEED… mais la plupart devraient se débloquer rapidement et entrer en vote dans les prochaines semaines. Merci encore pour votre engagement, Yannig

      J'aime

  15. Noël dit :

    La décision de WiSEED me paraît la bonne.
    Néanmoins, n’est-elle pas extrémiste?
    Je m’explique : les effets pervers de la jauge sont évidents; cependant, son utilité aussi est évidente lorsque l’on ne souhaite pas bloquer ses fonds trop tôt et donc pouvoir juger du bon timing pour les verser.
    Ma proposition : faire apparaître la jauge seulement en toute fin de collecte, par exemple lorsque la levée atteint 75%.
    L’expérience permettrait de savoir s’il faut la mettre à 75% ou plutôt à 90%, ou finalement pas du tout. Cela sortirait un peu le débat des seuls arguments théoriques.
    Et, pour répondre tout de suite à une objection: on peut facilement éviter un sur-afflux soudain en fin de levée par effet de FOMO en plaçant en liste d’attente tous ceux qui n’auraient pas déjà émis une intention d’investissement, ainsi ceux qui prévoyaient sérieusement d’investir risqueraient peu de louper le coche. Bien sûr, tout investissement différent de l’intention initiale doit placer automatiquement en liste d’attente, ceci pour déjouer les petits malins qui émetraient systématiquement une intention fictive.
    Je trouve que cela mériterait au moins d’être essayé.
    Comme dans tout, le juste milieu est souvent la meilleure voie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s