Un baromètre du crowdfunding optimiste et plein d’enseignements, et pour 2020… What else ?!

Jeudi dernier, Finance Participative France publiait le baromètre annuel du crowdfunding en France en 2019, en lien avec le cabinet Mazars : les résultats montrent un secteur en croissance et des indicateurs au vert. Des chiffres qui rendent optimistes sur le potentiel du marché pour 2020 !

Des indicateurs du marché en hausse

Dans ce résultat global, le financement participatif progresse lui de 56% atteignant 629M€. Une phase de croissance plutôt portée par les emprunts obligataires qui croissent de 116%, atteignant un total de 453M€ et un montant moyen par projet à plus de 700 000€.

Le TRI (Taux de rendement interne des projets – net de défaut) se situe dans une fourchette autour de 6% pour les prêts rémunérés et minibons, et atteint 8% en moyenne pour les obligations.

Fonds collectés par typologie. Chiffres issus du baromètre FPF 2019.

Sur les dons et investissements en revanche, les tendances de marché sont à la stabilisation. Les focus présentés par plusieurs plateformes ont permis de s’arrêter plus en détails sur les trois grandes tendances constatées sur le marché en 2019 :

  1. La stabilisation du marché du don. Avec une structuration différente la tendance qui a retenue notre attention sur ce marché de la philanthropie est l’innovation constante des acteurs. La perte de parts de marché sur certains segments du secteur est notamment compensée par des solutions de micro-dons embarqués, à l’arrondi sur les terminaux de paiement ou les fiches de paye, ou encore des solutions pour trouver des débouchés auprès des jeunes qui souhaitent s’engager dans ce type de projet mais n’ont pas toujours les moyens financiers idoines.
  2. La croissance soutenue du marché du crowdfunding immobilier. Il reste le secteur économique le plus dynamique et la locomotive qui porte la croissance du crowdfunding. Il s’agit toujours d’un produit plébiscité par les investisseurs, qui l’inscrivent dans une logique de diversification de l’épargne aux côtés d’autres types d’investissements (loi Pinel, etc).  Pour les chiffres à retenir : des prêts plutôt à court terme avec une moyenne de 2 ans ; un rendement conséquent à 9,2% de moyenne ; des collectes dont la moyenne atteint 700 000€.
  3. Les ENR, second secteur pourvoyeur de croissance pour le marché du crowdfunding, avec 75% de progression. Attente sociale de la part des investisseurs cherchant à donner du sens à leur épargne, rentabilité avérée de projets que les investisseurs savent pérennes, porteurs de projets qui se sont bien appropriés le financement participatif comme source de financement ont été évoqués parmi les principaux facteurs de croissance du secteur. Parmi les chiffres clés, le rendement moyen des projets qui s’élève à 5,25% dans ce secteur.

En résumé, le crowdfunding ça marche et surtout ça grandit !

WiSEED acteur de référence depuis la création du marché en 2012

En 2019, ce sont près de 55M€ qui ont été collectés par WiSEED tous secteurs confondus, sur plus de 135 projets financés.

L’un des points soulevés lors de la présentation et qui nous concerne tous est le sourcing des projets. Proposer des projets à la communauté, financer ceux des entrepreneurs oui, mais avec une exigence de qualité indispensable. Les sorties positives en sont une bonne illustration. A fin 2019, 177 projets comptaient des sorties positives ; 8 de ces projets concernaient l’equity parmi lesquels 6 de ces sorties ont eu lieu en 2019. Des cycles longs mais qui fonctionnent s’il s’agit de projets de qualité.

Par ailleurs, sur l’immobilier le total financé depuis 2012, date de la 1ère opération de crowdfunding immobilier (opération WiSEED), s’élève à 500 M€. Avec 140 M€ collectés sur ce secteur, Wiseed peut se prévaloir du titre de leader en volume avec 25% de parts de marché.

Ce positionnement dans le classement de tête des acteurs du marché, WiSEED le tient en préservant son choix de toujours donner la priorité à la sécurité et la transparence.

Et pour 2020, on prend les mêmes et on recommence ?

J’ajouterais à cette analyse macro un autre point, qui me semble révéler deux tendances de fond. D’une part l’appétit grandissant d’acteurs institutionnels ou professionnels pour notre marché. D’autre part, l’hyper concurrence, qui induit des identités et des pratiques disparates, poussant les plateformes à se différencier les unes des autres par des positionnements distincts : foule, fonds, niveau de prise de risque, communication, etc…

2020 verra une plus grande différenciation des plateformes. Certains jalons ont déjà été posés sur le marché avec l’entrée d’acteurs du capital risque traditionnel, des spécialisations régionales ou typologiques, etc.

Ces 12 dernières années ont permis à WiSEED d’atteindre un niveau d’expertise avéré afin d’accompagner de concert ET les professionnels ET les investisseurs dans une relation gagnant-gagnant. Je crois sincèrement à cette grande aventure du crowdfunding, aventure dont nous avons été pionnier et qui continue de se transformer. Il conviendra toutefois de conserver un regard critique et anticipatoire sur l’évolution des conjonctures économiques qui pourraient comme par le passé avoir une incidence notable sur la période euphorique que nous traversons.

Alors, continuons à faire avancer cette belle industrie pour une année 2020 peut-être décisive en matière d’ADN du crowdfunding !

Nicolas Sérès

Pour consulter le baromètre du crowdfunding 2019.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s