WiSEED renforce encore ses engagements dans la finance durable : des critères ESG pour vous permettre d’investir durablement

WiSEED lance aujourd’hui un nouvel outil de scoring. Nous sommes la première plateforme de crowdfunding à proposer ce scoring sur l’ensemble de nos projets, quel que soit leur secteur !

Poursuivre l’innovation

Toutes les places de marché tendent à la mise en œuvre d’indicateurs pour l’investissement socialement responsable (ISR) qui permettent d’identifier les impacts positifs d’un sous-jacent sur son environnement, ses relations sociales, sa gouvernance.

Grâce à des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG), il est possible d’évaluer l’exercice de la responsabilité des entreprises vis-à-vis de l’environnement et de leurs parties prenantes (salariés, partenaires, sous-traitants et clients).

WiSEED a toujours prêté une attention particulière à ces engagements et les met en œuvre depuis sa création dans sa stratégie d’investissement. Ils seront désormais matérialisés opérationnellement pour les investisseurs, sur chaque projet.

Afin de ne pas tomber dans les travers adressés au secteur, qui peuvent parfois – pour être diplomate – mettre en doute la sincérité de certaines démarches, nous avons fait le choix de prendre le temps et d’être accompagnés par un cabinet spécialisé : Ethifinance. Ce dernier nous a apporté son expertise depuis l’été 2020 pour développer une démarche de scoring méthodique, professionnelle, mais surtout objective. Notre souhait était de définir les grands critères de notation, mais aussi et surtout (le proverbe dit qu’il faut toujours « balayer devant sa porte »…) de soumettre WiSEED à la même démarche, puisque nous serons audités par Ethifinance chaque année sur les scorings établis.

S’engager sur le long terme

La mise en œuvre de cet outil s’inscrit dans la suite logique des autres chantiers lancés par WiSEED qui a désormais le statut de société à mission et s’est doté d’une filiale spécifiquement dédiée au financement de projets de la transition énergétique.

Les critères construits avec Ethifinance permettent une analyse du scoring sur plusieurs années. Ils ont à la fois vocation à mettre en avant les engagements et les impacts positifs de l’entreprise et à sensibiliser les dirigeants à ces enjeux dans la gestion de leur société, puisqu’ils sont invités à actualiser ces données annuellement.

A quoi vont-ils ressembler sur le site ? La réponse est plus bas avec le scoring de WiSEED justement.

Accompagner les investisseurs

L’outil proposé par WiSEED n’a pas été conçu comme une seule notation des projets mais comme un outil d’aide à la décision pour les investisseurs. Ils pourront ainsi sélectionner les projets selon les critères auxquels ils sont les plus sensibles pour leurs investissements.

La réflexion engagée avec Ethifinance a porté sur la création d’une grille d’analyse commune et générique à laquelle certains critères spécifiques ont été ajoutés selon le secteur concerné.

Le mise en œuvre de ce scoring va apparaître de manière progressive sur notre plateforme. L’outil sera déployé au fil de l’eau pour que tous les projets comportent ce scoring dans les prochaines semaines.

Et WiSEED dans tout ça ?

Nous nous sommes soumis aux mêmes règles. Vous pourrez retrouver notre scoring également ici sur notre site et un complément de détails dans notre centre d’aide.

Ces résultats reflètent les actions engagées par WiSEED qui a mis en œuvre une politique salariale impliquante pour ses collaborateurs : un accord d’intéressement, construit dans un esprit collaboratif avec les salariés vient d’être voté à la majorité pour WiSEED SA et ses deux filiales ; des AGA (Attributions Gratuites d’Actions) ont été distribuées sur les 3 dernières années. Deux leviers importants qui permettent d’aligner les intérêts de tous et que les salariés se voient associés encore plus fortement pour leur engagement dans une croissance saine et profitable de l’entreprise.

En matière de parité, la part des femmes membres du comité de direction est de 75%. Concernant la stabilité de l’effectif, près de 90% des collaborateurs sont en contrat à durée indéterminée, favorisant la pérennité de l’emploi. Enfin, nous mettons en œuvre une politique exigeante de gestion des conflits d’intérêts et tous les salariés sont soumis à un code de déontologie.

Toujours dans un esprit d’exemplarité et de transparence, et comme pour toutes les organisations, ce scoring a permis de souligner des axes d’améliorations que WiSEED devra mettre en œuvre pour un impact plus positif en tant qu’entreprise, notamment du point de vue environnemental. Parmi les actions envisagées :

  • Consolider la politique de l’entreprise en matière de RSE pour compléter les actions déjà mises en œuvre en matière de bien-être au travail.
  • Renforcer nos engagements environnementaux en mettant en œuvre une stratégie environnementale de long terme. A ce stade envisagée de manière informelle, elle sera formalisée par des groupes de travail dont les propositions seront remontées de manière trimestrielle au comité exécutif. En tant que fintech, l’impact du numérique sur l’environnement n’est jamais loin, il sera analysé en détail.
  • Réduire les émissions de CO2, qui fera désormais partie des critères de sélection de nos fournisseurs ou appels d’offre pour nos prestataires.

Ce chantier est l’aboutissement d’une réflexion engagée par toute l’équipe pour vous proposer une offre de qualité, à la hauteur de vos attentes et des évolutions de marché !

Faites nous part de vos remarques et questions, nous restons comme toujours à votre écoute.

Mathilde ICLANZAN, Directrice Générale Adjointe

Jean-Marc CLERC, Directeur général WiSEED Transitions

WiSEED défend vos intérêts

Confinés, déconfinés, reconfinés, pour 4 semaines, pour 2 mois… Les printemps se suivent et se ressemblent depuis 2020 ne trouvez-vous pas ?

Ce qui est certain c’est qu’un an après cette crise, WiSEED a couplé le meilleur de son expérience passée issue d’un track record solide avec une gestion agile pour s’adapter à un contexte inédit. La semaine dernière je détaillais la robustesse de notre process de sélection, principalement avant et pendant une collecte, ici quelques mots sur notre gestion des dossiers sensibles.

Préambule sur les durées prévisionnelles et la notion de prorogation

Rappelons tout d’abord que pour chaque projet proposé, la durée prévisionnelle de l’emprunt est ajustée selon le planning des travaux et livraisons. Ainsi, nous avons fait le choix de coller au plus près des besoins des opérateurs et non de mettre des durées contractuelles uniformes et arbitraires. Le secteur de la promotion immobilière étant intrinsèquement sujet à différents aléas liés à la commercialisation des lots ou aux travaux, nous prévoyons dans les contrats d’émission la possibilité de proroger les emprunts le cas échéant.

Ainsi, en sus des reportings réguliers demandés aux opérateurs et des visites sur sites réalisées par nos développeurs immobiliers et parfois directement par les wiseeders habitant à proximité des chantiers, cette durée prévisionnelle du contrat joue le même rôle qu’une clause de rendez-vous et nous permet de contrôler régulièrement l’avancée des projets. C’est la raison pour laquelle d’une manière générale, nous considérons que les premières demandes de prorogations ne doivent pas constituer une source d’inquiétude particulière, d’autant que nous constatons souvent que les opérateurs remboursent finalement avant la fin de la prorogation. Sur l’année 2020 par exemple, les demandes de prorogations étaient de 6 mois en moyenne, mais les remboursements sont intervenus en moyenne 4,1 mois après la date d’échéance d’initiale, soit deux mois avant la fin de la seconde prorogation.

Un process de sortie robuste et maîtrisé

L’ensemble des équipes sont mobilisées pour assurer un suivi étroit des remboursements à venir. Nous avons renforcé en début d’année 2021 notre équipe de responsables de projets en charge du suivi des dossiers.

Un mois avant la date théorique du remboursement, nous contactons systématiquement l’opérateur pour nous assurer du respect de l’échéance. Dans la grande majorité des cas, celui-ci nous confirme le remboursement et nous sommes donc en mesure de vous annoncer le remboursement à venir.

Si l’opérateur prend du retard à nous répondre ou nous demande des délais supplémentaires, le projet passe immédiatement dans les mains de notre juriste en charge des contentieux et de nos analystes.

Il a pu exceptionnellement arriver que le remboursement ait été annoncé et que nous soyons informés, quelques jours avant la date butoir, que finalement l’opérateur soit contraint de demander un décalage (en raison par exemple d’un report de signature chez le notaire).

Les retards que peuvent enregistrer des remboursements attendus ou annoncés sont sources de questionnements ou parfois même d’inquiétude mais rappelons-le : un retard ne signifie pas défaut et les prorogations sont toutes rémunérées aux investisseurs. En effet, sur les opérations avec remboursement in fine et intérêts capitalisés, les intérêts réels versés seront augmentés d’autant : c’est la théorie des intérêts composés.

Un dispositif spécifique dédié à la gestion des dossiers a été mis en place et nous avons opté pour la création d’un comité prorogations hebdomadaire, tant pour le secteur immobilier que pour les PME, qui réunit nos analystes, juristes et le développeur en charge du dossier.

Chaque situation étant unique, ce sont systématiquement des arbitrages sur mesure qui sont proposés aux opérateurs. Nous étudions avec ces derniers les raisons de ce retard, exigeons des justificatifs et travaillons à la mise en place d’un nouveau calendrier de remboursement, exigeons des garanties supplémentaires ou le paiement partiel de l’emprunt ou des intérêts.

Durant ces étapes de négociations, qui sont réalisées de concert avec nos conseils et ceux de l’opérateur financé, (experts-comptables, avocats, etc), la confidentialité des échanges ne nous permet pas systématiquement de communiquer tant que les négociations n’ont pas abouti et qu’un accord n’a pas pu être formalisé.

Dans la majorité des cas, un accord est trouvé, nous vous sollicitons en assemblée générale et le remboursement arrive dans le timing convenu.

Et si la prorogation n’est pas possible ?

Dans la plupart des cas, ces négociations suffisent à apporter une réponse satisfaisante tant pour les opérateurs que pour les investisseurs. Toutefois, si notre analyse conclut à ce que la demande de prorogation ne soit pas justifiée, nous déclenchons immédiatement une procédure contentieuse. Cette dernière est confiée à notre cabinet d‘avocat, et débouchera sur une procédure de recouvrement amiable ou judiciaire de la créance avec saisie d’un huissier. Dès lors, nous mettons tout en œuvre pour que la créance soit recouvrée au plus vite et activons si nécessaire les garanties prévues au contrat. 

Forts de l’ensemble de ces procédures et de la mobilisation de nos équipes, nous restons actifs, au plus proche des opérateurs financés et de nos investisseurs.

Mathilde ICLANZAN,
Directrice Générale Adjointe

WiSEED, toujours (et encore plus) mobilisé

Il y a un an quasiment jour pour jour, Nicolas Sérès prenait la parole pour rappeler, juste après l’annonce du premier confinement, que toutes les équipes de WiSEED étaient mobilisées. Après cette année si particulière, c’est toujours le cas !

Depuis 12 ans, WiSEED contribue à construire ce marché du financement participatif avec les valeurs qui sont les siennes et au cœur desquelles confiance et transparence sont deux jalons fondamentaux.

Qualité et sélectivité

265M€ investis dans près de 620 projets d’entreprises et 40% de ces opérations qui ont donné lieu à des sorties positives. Depuis sa création, WiSEED a toujours défendu la même position : les acteurs qui pourront s’inscrire durablement sur notre marché sont ceux qui ont privilégié la qualité des dossiers financés.

Les opérations que nous proposons sur notre plateforme sont soumises à des process robustes à chaque étape de la vie d’un projet : sourcing, comité de sélection, collecte, suivi, sorties et remboursements.

Pour chacune d’entre elle, nos équipes mobilisent leur expertise afin de proposer à notre communauté d’investisseurs la meilleure qualité de projets possible, c’est ainsi une infime minorité de projets qui sont soumis aux investisseurs sur le total des projets étudiés par nos équipes commerciales.

En immobilier, nous analysons d’une part la situation financière de la structure : son endettement (incluant y compris les encours en crowdfunding chez nos confrères), les ratios comptables ou encore l’historique de remboursement. L’analyse porte ensuite sur l’opération elle-même : sa localisation et la pression démographique de la zone géographique, l’avancement de la commercialisation, son rythme prévu et la cohérence des prix de marché, le montage juridique et financier, le planning des travaux, le modèle économique et la marge attendue, etc.

Pour les projets qui concernent les autres secteurs s’il s’agit de projet en obligations simples ou convertibles, les critères analysés sont identiques, avec une attention particulière sur la capacité de remboursement et les cash flows attendus.

Pour les projets en actions, l’analyse porte sur la complémentarité de l’équipe, le caractère innovant ou technologique du projet, sa maturité, les contraintes concurrentielles ou capitalistiques, la preuve de concept et la stratégie « go to market » .

Nous identifions les risques sous-jacents afin de les exposer au mieux aux futurs obligataires ou actionnaires et présenter les projets avec la transparence qui nous caractérise.

Les taux obligataires servis par le crowdfunding se situant entre 5 et 9% selon les secteurs, ils doivent explicitement être présentés de manière à être proportionnels à la prise de risque. Sur les prises de participations, nous sommes vigilants aux possibilités de sortie au bout de quelques années qui offriront aux actionnaires le meilleur TRI possible lors de la cession des titres.

Un an après le premier confinement, où en sommes-nous ?

Notre industrie est à l’image des mouvements économiques révélés par cette crise. A la fois fortement dynamisée par l’accélération des pratiques et usages digitaux, et impactée puisque notre métier est de financer des projets d’entreprises qui n’ont pas pu, quel que soit le secteur, exercer pleinement leur activité et se retrouvent à piloter dans l’incertitude des lendemains.

Sans revenir sur tous les moments de l’année écoulée puisque les rebondissements ont été nombreux, les dirigeants d’entreprises nous ont adressés des demandes de prorogation.

En cette période de crise sanitaire, les opérateurs immobiliers ont eu à subir des retards dans la réalisation des travaux prévus, la commercialisation des lots, la signature des actes notariés, ou enfin des procédures administratives. Les PME financées ont, elles-aussi, été impactées par la soudaineté de la crise et ses conséquences.

Insistons sur le fait que retard ne veut pas dire défaut, et sur le fait que les prorogations sont toutes rémunérées aux investisseurs au taux prévu contractuellement (voire un peu plus, cf la théorie des intérêts composés 😉).

Les retards que peuvent enregistrer des remboursements attendus ou annoncés d’opérations ou de projets PME sont sources de questionnements et parfois même d’inquiétude pour vous, investisseurs WiSEED. Cette inquiétude est compréhensible.

La politique d’investissement qui préside depuis la création de WiSEED reste la même : guidée par la transparence puisque votre confiance, toujours renouvelée, passe par le respect des engagements pris.

Nous avons mis en place un dispositif spécifique dédié à la gestion des dossiers dans cette période de crise. Dès le déclenchement de la crise sanitaire en mars dernier, nous avons opté pour la création d’un comité prorogations hebdomadaire, tant pour le secteur immobilier que les PME, qui réunit nos analystes, juristes et le développeur en charge du dossier. Chaque situation est unique et nécessite des arbitrages sur mesure. Report, échéancier de remboursement adapté au contexte, garanties supplémentaires, stand-by avec une clause de rendez-vous dans quelques mois font partie des solutions possibles et, encore une fois, proposées selon le cas.

Notre priorité est de limiter ces retards et garantir le respect des délais, tout en nous assurant de la capacité des opérateurs à rembourser ceux qui les ont accompagnés dans leur projet.

Mathilde ICLANZAN,

Directrice générale adjointe

3 questions à… Témoignages de WiSEEDers

WiSEED c’est la force d’une communauté avec plus de 150 000 WiSEEDers. Découvrez-les dans notre nouveau rendez-vous !

Aujourd’hui rencontrez Charles SALETES qui vient de fêter son 10ème anniversaire en tant que WiSEEDer.

CROWDFUNDING & vous

Comment avez-vous connu ce type d’investissement, quel est votre retour d’expérience ?

A la quarantaine, je me réveille de ma longue léthargie financière et m’aperçois en furetant sur internet, qu’il existe d’autres placements que les sempiternels livrets et autres assurance-vie classiques. J’avais bien tenté un peu les actions auparavant, mais la bulle internet des années 2000 m’avait échaudé. 

Quand un jour j’apprends que des jeunes Toulousains audacieux proposent de financer par des particuliers, des start-up et des projets immobiliers aussi, je trouve le concept génial et piqué par ma curiosité, j’y risque quelques billets.

WiSEED & vous

Avec le recul et malgré un peu de casse, force est de constater que tout cela est rentable: avantage fiscal inclus et en attente de bonnes nouvelles à terme, mon rendement annuel moyen ressort à date, à plus de 5% (lend & equity confondus).

« Quand un jour j’apprends que des jeunes Toulousains audacieux proposent de financer par des particuliers, des start-up et des projets immobiliers aussi, je trouve le concept génial… »

Depuis quand investissez-vous sur la plateforme et avez-vous une stratégie d’investissement particulière ?

Je suis investisseur depuis 2010 (le terme WiSEEDer n’existait pas encore). Au départ la moindre bonne idée était prétexte à investir. Je suis resté très intuitif dans ma façon de choisir ; mais plus mûr aussi: aujourd’hui il me faut de la techno, de l’industrie, des brevets, des preuves de marché, et la cohérence d’un chemin. Je suis aussi assez attentif au parcours des créateurs et leur complémentarité aussi.

Cela dit il m’arrive encore d’avoir des coups de coeur : je ne peux réprimer complètement mes émotions même s’il faut s’en méfier dans l’investissement.

IMPACT & vous

Impact sociétal et investissement : comment imaginez-vous la finance de demain ?

Franchement j’ai du mal avec cette expression « de demain » ou « d’après ». Disons que les tendances d’aujourd’hui seront sans doute amplifiées : aujourd’hui une majorité de gens cherchent du sens à donner à leurs achats, leurs dons et donc aussi logiquement leurs investissements. Le climat, l’énergie, l’alimentation sont vitaux. Ils le resteront.

La Finance se réconcilie peu à peu avec son environnement (Hommes, Entreprises, Etats et nature). On voit se multiplier les logiques ISR et ESG ; demain elles seront la règle. Et alors, certains dont je suis chercheront la sincérité du management, au-delà de l’affichage et du green-washing.

Pour moi ça devra passer par un engagement encore supérieur : à chaque hausse de capital ou emprunt, je verrai bien les entreprises engagées, réserver une « poche » à leurs salariés. Après tout c’est cela la vraie finance participative, non ? Et dans ces entreprises il y aura d’ailleurs déjà quelques salariés au conseil d’administration.

Je pense même qu’on ira encore plus loin dans la représentation, vous verrez …

Les 3 clés d’une bonne stratégie d’investissement

WiSEED démocratise et rend accessible l’investissement dès 100€. Notre communauté d’investisseurs est composée des fidèles de la première heure comme des nouveaux (qui seront demain les fidèles).

Notre mission ? Vous accompagner dans la constitution d’un portefeuille équilibré. Pour cela, suivez ces 3 règles d’or et suivez-nous. Ce premier article vous donne les clés, les suivants entreront dans les détails.

#1 Diversifier

En matière financière, la diversification est LA règle à respecter : varier les produits financiers et les secteurs vous garantit un portefeuille équilibré.

Tous les professionnels de l’investissement vous conseilleront de garder cette règle en tête. Le portefeuille des WiSEEDers le démontre bien avec 11 projets en moyenne. Si vous n’avez pas encore investi, pensez à appliquer cette règle : DIVERSIFIEZ ! Préférez par exemple plusieurs investissements dont les tickets seraient modérés à un seul investissement à fort ticket.

La règle vaut également pour les produits financiers (actions, obligations simples ou convertibles, titres participatifs, etc.) qui ne présentent pas le même profil de risque.  

#2 Sécuriser

Seconde règle d’or en matière d’investissement : investissez dans ce que vous comprenez. Vous l’aurez compris, investir comporte des risques. L’analyse détaillée des projets, de leurs projections et des données présentées est donc primordiale. Vous devez comprendre le produit dans lequel vous investissez.

Les acteurs auprès desquels vous choisissez d’investir doivent aussi orienter vos décisions. Assurez-vous d’investir auprès de prestataires agrées et régulés.

En France, les secteurs bancaire et financier sont régulés par deux institutions : l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) intégrée à la Banque de France. Elles s’assurent notamment du bon fonctionnement des sociétés qui évoluent dans ces secteurs, du respect des droits et de la protection des investisseurs.

Dans le secteur du crowdfunding, ces organismes attribuent aux plateformes un statut, comme Prestataire de service d’investissements (PSI), Conseiller en investissement participatif (CIP) ou Intermédiaire en financement participatif (IFP). WiSEED est la seule plateforme à détenir le statut de PSI. Niveau d’agrément le plus élevé, il est comparable à celui d’une banque et des obligations réglementaires strictes en découlent. Nous y reviendrons dans un prochain épisode de cette série !

#3 Donner du sens

Cette troisième règle ne parle ni de rentabilité ni de risque mais définit souvent le choix des WiSEEDers. Investir dans un projet ou entrer au capital d’une entreprise pour accompagner son développement, c’est avant tout un choix personnel. Ces choix vous sont propres et contribuent à donner toute sa spécificité à votre portefeuille d’investissements.

Selon votre profil, ajouter à votre investissement une dimension « d’impact » avoir du sens. Chez WiSEED nous prenons en compte les impacts environnementaux et sociétaux dans nos politiques d’investissement. Nous les avons inscrits dans nos statuts puisque nous sommes désormais « Société à mission ». Un engagement fort, dans le prolongement de ce que nous sommes depuis toujours, pour favoriser l’émergence d’une finance allant vers la création de valeur sociétale tout autant que la valeur financière.

3 sujets passionnants que nous approfondirons dans plusieurs articles dédiés ici-même. A très bientôt !