Comment réduire le risque en crowdfunding ? Nos 5 conseils

Investissement en crowdfunding : comment limiter les risques ?

Le crowdfunding (ou financement participatif) a réussi son pari : démocratiser l’investissement dans des entreprises qui participent directement au développement de l’économie réelle. Ce succès repose à la fois sur les rendements attractifs proposés et sur la qualité des projets présentés, notamment en termes de gestion du risque. Quels sont ces risques potentiels ? Faut-il en avoir peur ? Comment les maîtriser ? On vous explique.

Quels sont les risques liés à l’investissement en crowdfunding ?

Comme toutes les solutions de placement (hors livrets réglementés), les opérations de crowdfunding proposées par WiSEED présentent différents risques potentiels :

Risques communs à tous les placements

De manière générale, peu importe l’investissement réalisé, on peut être confronté à :

  • Des risques intrinsèques (associés au projet en lui-même ou à la société qui le porte) comme la mauvaise gestion de l’entreprise ou des problèmes d’origine juridique, technique, financière ou opérationnelle ;
  • Des risques extrinsèques liés à des éléments extérieurs d’origine climatique, macroéconomique ou législative.

Risque de perte totale ou partielle du capital investi

Quel que soit le projet (crowdfunding immobilier, financement de startups, transition énergétique, Fonds de placement ou SCPI) et le type de titre financier (action, obligation, titre participatif, part d’OPC, etc.), le capital n’est pas garanti. En cas de défaillance de la société financée, il est donc possible de perdre la totalité de la somme investie (mais pas plus). Dans certains cas, si les difficultés sont moindres, les investisseurs peuvent récupérer une partie de leur capital.

Risque de défaut de liquidité

La liquidité d’un produit financier, c’est sa capacité à être revendu rapidement. Les causes d’illiquidité peuvent être économiques (pas de second marché, contrairement aux sociétés cotées en bourse) ou juridiques (clauses d’inaliénabilité). Par conséquent, vous pouvez être dans l’impossibilité de sortir de votre investissement.

En crowdfunding immobilier, l’horizon de sortie se situe entre 18 et 36 mois, alors qu’il faut compter environ 8 ans après le financement participatif d’une startup, et une dizaine d’année pour les SCPI.

Risque de variabilité du rendement

Le rendement annoncé n’est jamais garanti et peut parfois être revu à la baisse pendant la durée de détention des titres. En cas de difficultés, il s’agit généralement de réduire la pression sur la société émettrice. Et ce, afin de préserver la viabilité du projet et d’éviter un défaut total du projet.

Dans le cadre du crowdfunding immobilier, les obligations peuvent parfois être remboursées par anticipation, ou au contraire, prolongée dans le temps. En principe, cela ne change pas le taux de rendement prévu, mais ce n’est pas garanti.

Risques spécifiques au financement de startups en actions

En matière d’equity crowdfunding (prise de participation au capital de jeunes sociétés), on peut ajouter :

  • L’absence probable de dividendes (si une entreprise en phase d’amorçage réalise un bénéfice, il est réinjecté dans l’activité plutôt que versé aux actionnaires). L’objectif de rendement est donc tourné vers la plus-value à la revente ;
  • Le risque de dilution du capital. Pour financer son développement, la société pourrait procéder à d’autres augmentations de capital. Avec un nombre total d’actions supérieur, le pourcentage détenu par l’investisseur initial sera plus faible, pour le même nombre de parts ;
  • Le risque lié à la valorisation. La valeur d’une société non cotée en bourse est estimée selon des méthodes prédictives de la performance future. Si la courbe de développement ne suit pas ces hypothèses, la valeur économique réelle sera moindre qu’espérée.

Risque et rendement : un couple inséparable

De manière générale, investir sans prendre de risque rapporte peu. Pire, avec un taux d’inflation à 6 % en août 2022, les placements sans risques (rémunérés entre 0,5 et 2 %) vous font même perdre de l’argent !

Pour espérer un rendement intéressant, il faut donc accepter une part de risque, plus ou moins importante. Ainsi, plus les risques potentiels sont élevés, plus le rendement proposé doit être conséquent pour convaincre un investisseur. C’est ce qu’on appelle le couple rendement-risque.

Nos 5 conseils pour réduire le risque en crowdfunding

Pour réussir vos investissements en crowdfunding, voici quelques règles simples pour minimiser les risques de votre portefeuille :

1.   Se former au financement participatif

Le premier risque pour un investisseur est sans doute de placer son argent sur un support qu’il ne comprend pas… Si vous avez besoin d’un rappel, n’hésitez pas à (re)découvrir comment fonctionne le crowdfunding.

2.   Investir uniquement l’argent dont on n’a pas besoin

Avant toute chose, assurez-vous de disposer d’une épargne de précaution. L’équivalent de 3 ou 4 mois de revenus mensuels, placé sur des produits d’épargne liquides et sécurisés, suffit généralement pour contenir les dépenses imprévues. Ensuite, vous pourrez investir une partie de votre épargne dans le crowdfunding.

3.   Définir son profil investisseur

Ensuite, tous les projets de crowdfunding (immobilier, startup et PME, transition énergétique, SCPI, etc.) ne vous correspondent peut-être pas. C’est pourquoi il est nécessaire de déterminer votre profil investisseur selon votre âge, votre situation personnelle et patrimoniale. Vos objectifs personnels, votre horizon de placement et surtout, votre sensibilité au risque sont également à prendre en compte. Quelle est votre tolérance « psychologique » et votre capacité financière face à la baisse de valeur ou la perte éventuelle de tout ou partie de votre placement ?

4.   Diversifier son portefeuille

Des investissements à réaliser ? Ne misez pas tout sur le même cheval ! En matière de crowdfunding, répartissez votre épargne entre plusieurs projets, dans des secteurs d’activité variés et des zones géographiques multiples, à des niveaux de risques différents, etc. La diversification de ses placements permet de lisser le risque.

5.   Analyser les projets

Pour faire un choix éclairé, prenez le temps de lire les informations présentées sur chaque fiche projet. L’activité de la société et son historique, l’équipe dirigeante, les axes de développement, le montage juridique de l’opération, la liste des co-investisseurs, le rendement potentiel, les frais éventuels, la note d’analyse de WiSEED, sont des informations très utiles.

Astuce : consultez l’onglet « Questions » de la fiche projet pour lire les interrogations des autres investisseurs (qui sont peut-être les mêmes que les vôtres) et pour demander un complément d’information si besoin.

Ce que WiSEED fait pour vous

En tant que plateforme de crowdfunding proposant des solutions d’investissement, le métier de WiSEED est en grande partie la maîtrise du risque. C’est d’ailleurs une priorité pour nous, car notre modèle économique repose globalement sur la réussite des entreprises financées. Un alignement d’intérêts qui doit profiter à tous.

Plusieurs actions sont mises en œuvre pour sécuriser au maximum nos opérations de financement participatif :

  • WiSEED détient l’agrément PSI (Prestataire de Services d’Investissement), délivré et régulé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et Réglementaire (ACPR), qui encadre rigoureusement notre activité ;
  • Notre équipe d’analystes procède à un audit approfondi de chaque projet en lui-même et de la société qui le porte. Sont passés à la loupe : les aspects juridiques, financiers, commerciaux, technologiques, les compétences des dirigeants, la présence de co-investisseurs, les perspectives de développement, etc. Ce processus de sélection rigoureux est très restrictif puisque sur plusieurs centaines de dossiers par an, WiSEED n’en sélectionne qu’une poignée ;
  • Sur la plupart des opérations, WiSEED négocie des clauses et garanties visant à protéger les intérêts des investisseurs. Cela se concrétise, par exemple, par un pacte d’actionnaires en equity crowdfunding pour les startups ou par une garantie à première demande (GAPD) en crowdfunding immobilier.

Enfin, WiSEED est en mesure de vous proposer un volume conséquent de projets, de multiples catégories d’actifs, avec des titres financiers différents, dans des secteurs variés, ainsi que des niveaux de risques gradués… et accessibles à partir de 100 € (donc faciles à multiplier). Ça vous rappelle quelque chose ? En effet, WiSEED vous donne les moyens de diversifier fortement votre portefeuille et donc de minimiser votre risque.

Frédéric RAYNAL
Rédacteur Web spécialisé en finance et immobilier

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :