Site icon WiSEED, le blog

Etre audité par WiSEED, c’est accepter d’être challengé

Vous connaissez l’audit de sociétés : une étape calibrée, qui traite essentiellement l’aspect financier de l’entreprise et se base sur des ratios financiers clés et des comparables sectoriels. L’historique prime, le prévisionnel financier est important. Souvent, l’analyse stricte du dossier financier et du plan d’affaires suffisent à se positionner.

Je suis Responsable des audits Startups pour WiSEED, depuis 2015, et auparavant Analyste. J’ai accompagné des milliers de dossiers, j’ai également rencontré chacun des dirigeants qui a financé son projet sur notre plateformeAujourd’hui je souhaite vous présenter cette aventure riche qui est mon quotidien et qui fait partie de la vie de vos startups, bien avant le démarrage de la collecte. 

Alors, quelle idée vous faites-vous de l’audit de startup ? Identique à celui d’une société classique ? C’est très différent ! En tout cas chez WiSEED.

« Le diable est dans les détails ? » Alors nous abordons tout ! Avec bienveillance dans nos échanges avec les dirigeants, mais aussi avec exigence. Exigence car nous représentons les WiSEEDers dans ces analyses, et nous visons à détecter les meilleurs potentiels et à limiter le risque que nous acceptons de leur faire prendre. 

Nous abordons les aspects comptables et financiers (l’historique, le prévisionnel financier, les aspects de trésorerie…), généraux (le Business plan stratégique prévisionnel, la vision des dirigeants, leurs CVs…), business (les preuves de concept, le pipe commercial, les partenariats clés…), de propriété industrielle et technologiques, ainsi que les aspects juridiques et réglementaires (pacte, statuts…).

Le Business Plan (BP) doit faire transparaître la patte du dirigeant, sa vision, d’autant qu’un BP est voué à évoluer sans cesse. On le dit souvent « déjà périmé » dès sa diffusion. Il est donc primordial qu’il y ait une adhésion au dirigeant dans sa capacité à animer le triptyque équipe/opportunité/idée. C’est pourquoi, également, nous nous rencontrons, nous échangeons, nous abordons les forces du projet et aussi notre perception de signaux faibles éventuels.

Dans certains cas, nous challengeons le dirigeant, son approche de son business plan au fil de semaines. Il en ressort souvent des projets plus en phase avec nos attentes, et des dirigeants qui ont vu leur vision s’affirmer et leurs convictions se décliner d’autant mieux dans leurs plans d’actions.

Ainsi, François Cordier, PDG de Leko, financé en 2016 par 373 WiSEEDers, me disait dans nos échanges :

« Merci pour vos retours d’hier. Très, très instructif ! Vous trouverez ci-dessus une version actualisée du BP, dans lequel nous avons ajouté ces éléments : […] j’ai hâte de discuter des évolutions futures de Leko avec vous demain. Non seulement vous avez parfaitement saisi l’ADN de Leko, nos valeurs, et notre objectif, à savoir rendre abordable la maison 3.0, mais vous avez aussi d’excellentes idées pour la suite. »

Quelques lignes supplémentaires, sous forme de témoignage et de retour d’expérience de la part de François Cordier :

François, quel a été ton vécu au sujet de l’audit et de nos échanges ? 

« Au départ il y a toujours une forme de méfiance. On se dit, en tant qu’entrepreneur, les investisseurs vont chercher la petite bête, soit pour refuser notre dossier, soit pour négocier une valorisation plus faible. Ce serait oublier que WiSEED n’est pas un investisseur comme les autres. WiSEED investit dès le départ de l’aventure, en amorçage, le plus difficile à financer en création d’entreprise. L’investissement repose plus sur un rapport de confiance entre WiSEED et votre entreprise qu’entre votre projet et WiSEED. D’ailleurs WiSEED prend un double risque.

D’abord en investissant, mais avant tout par rapport à sa communauté. Les investisseurs, ce sont eux, les membres de la communauté, ceux qui font que WiSEED existe sur le marché. Les équipes de WiSEED ont donc à cœur de ne pas trahir la confiance de leurs membres avec des dossiers de mauvaise qualité ou trop risqués. Ils cherchent donc en toute bienveillance, et avec beaucoup d’expérience, à mesurer la sincérité d’un projet pour être en mesure de proposer le projet sur la plateforme en toute sérénité. Au final, notre vécue à tous vis-à-vis de cette phase d’audit a été excellent. Une sacrée belle expérience. »

Quelle est notre valeur ajoutée selon toi ?

« Je dois avouer avec le recul que votre processus d’audit est extrêmement efficace. Votre team passe des semaines voire des mois si besoin à éplucher votre dossier. C’est simple l’équipe WiSEED passe l’ensemble de vos documents, de vos prévisions, de vos CVs au rayon X. Ils récoltent l’information, prennent le temps de comprendre le dossier et de rentrer dans le costume. Ensuite ils vous questionnent. Des questions extrêmement intéressantes et pointues. »

« Nous avons été bluffés par leur capacité à comprendre notre projet, notre métier et les problématiques qui y sont propres. L’objectif n’est pas tant de mesurer si le projet est parfait ou non, l’objectif est de pouvoir jauger l’équipe et sa capacité à se remettre en cause. « Bon projet – mauvaise équipe » ; WiSEED n’investit pas. « Projet moyen – bonne équipe » ; WiSEED investit. Nous avons donc beaucoup appris de ces échanges. WiSEED fait mûrir le projet, et fait grandir les fondateurs. Nous avons également rencontré des personnes incroyables avec qui nous gardons encore des liens au quotidien. »

Par ailleurs, quoi de neuf en terme d’actualité chez Leko ?

« Percer dans le domaine du bâtiment n’est pas quelque chose d’aisé. Mais c’est bien ce qui nous motive encore plus. Nous avons pivoté notre modèle économique du B2C au B2B pour nous adresser aux constructeurs et promoteurs. Nous avons intensifié nos efforts en R&D qui ont mené à plusieurs dépôts de brevets. Cette technologie en bois feuillus intéresse les acteurs de la construction. Nous sommes sur le point de signer une LOI pour 80 maisons sur 36 mois. L’enjeu maintenant est de pouvoir industrialiser. Les moyens à lever sont conséquents. Il faut donc être en mesure de pouvoir tenir dans cette phase intermédiaire, mais nous sommes confiants. Et surtout déterminés. » 

Retrouvez les actualités de LEKO sur WiSEED


Auditer en challengeant les dirigeants, c’est vertueux à plus d’un titre : une startup qui est d’autant plus en phase avec nos attentes, un potentiel qui est « optimisé » et une relation de confiance entre la startup et WiSEED qui s’en trouve renforcée. 

Notre angle d’analyse et donc notre position varient selon le domaine et le stade d’avancement des projets. Car les horizons commerciaux, les besoins financiers, les enjeux et les perspectives seront très différents selon qu’il s’agisse d’une biotechnologie, d’une industrie, d’une innovation de service, ou de développement durable.

Chaque secteur et chaque projet auront des enjeux différents. Aucune grille de lecture figée et succincte ne permettra donc d’analyser rapidement une jeune société innovante. Rare sont les ratios financiers connus qui soient pertinents pour des startups à ce stade de leur développement. Il faut donc les cumuler, les croiser, les adapter.

Etant donné la spécificité des startups au regard de sociétés plus matures et calibrées, les outils et méthodes d’audit que nous utilisons sont spécifiques et propriétaires. Ils s’appuient également sur des expertises métiers internes, et externes si nécessaires. Nous visons ainsi à analyser au mieux les dossiers que les WiSEEDers auront d’abord plébiscités et évalués via la phase de vote

L’audit est le dernier maillon crucial de notre processus de sélection avant d’aborder les modalités d’entrée au capitalLe processus de sélection comporte plusieurs étapes internes préalables au vote : un premier screening poussé, un scoring interne rempli par le dirigeant, ainsi qu’un premier comité d’intervention qui statue sur l’adéquation du projet à notre périmètre d’intervention et aux attentes des investisseurs en capital que sont les WiSEEDers. 

Nous recevons tous les ans des milliers de projets, et la sélection est drastique.
Nos chiffres 2016 :

Notre périmètre dans les grandes lignes ? Une entreprise créée avec des preuves de concepts technologiques (prototype financé et testé a minima) et commerciales (béta tests et traction commerciale tout de même !), une équipe en place aux profils complémentaires en phase avec les ambitions du projet, une propriété industrielle déjà financée, et une proposition de valeur idéalement disruptive qui ouvre un réel potentiel sur son marché.  Ces critères minimums sont évidemment à relativiser selon les secteurs.

Déjà des preuves de concept ? « Pas du « vrai amorçage » pour les startups » nous dit-on parfois ? Amorçage, si, mais en capital ! Nous venons renforcer les fonds propres des jeunes entreprises innovantes et en assurer le développement. Cela implique donc que d’autres acteurs se soient positionnés au préalable également via d’autres outils (Love Money, Etat…). Notre moment d’intervention est également le point d’équilibre que nous avons retenu entre :

  1. Financer l’equity gap, le fossé de financement des startups, où aucun acteur classique ne se positionne dans ces montants ;
  2. Un degré de risque incontournable ;
  3. Et un potentiel marché ou technologique attractif.

Notre périmètre évolue en permettant toujours de limiter le risque via un panorama complet de projets en recherche de fondsDe jeunes startups à des sociétés plus matures, porteuses tant d’impact sociétal que d’innovations de ruptures, via des interventions en actions et holding à des interventions en obligations…

Nos audits de sociétés gardent la même exigence, tout en ayant toujours une forte souplesse aux cibles que nous auditons, dans le choix des outils et des clés d’analyse adaptées.

Définitivement, dans les startups, la rigueur d’analyse est impérative. Donc un audit de startup à WiSEED, c’est finalement un audit de société, enrichi de l’intelligence collective, et avec un très fort regard business et humain !

 Céline FIORIDO

Responsable Audit Startups WiSEED

Quitter la version mobile