Interview : « Le segment des résidences de services pour jeunes cadres actifs attire les investisseurs » Pierre Nallet, Président d’Anahome.

Comment se porte le marché de la promotion immobilière ? 

Je dirais que les indicateurs ne sont pas alarmants mais incitent à la prudence. Et cela sachant que les segments du résidentiel et du tertiaire ne répondent pas aux mêmes logiques et que le cycle de l’un correspond rarement au cycle de l’autre.

On sait que la hausse de l’inflation et le durcissement de l’accès au crédit hypothécaire risquent de perturber le marché immobilier en 2023. Mais pour le moment, les ventes de logements se poursuivent avec des prix qui n’augmentent plus.

Dans ce contexte, nous voulons rationnaliser notre développement en évitant les opérations à risques (emplacement hasardeux, achat sans condition, opération complexe et sortie incertaine…). Nous ne recherchons pas forcément l’effet de rareté et la proximité avec les grandes agglomérations mais plutôt le bon produit en correspondance avec la réalité du marché.

Sur quels types d’opérations travaillez-vous le plus en ce moment ?

La moitié de nos projets concerne des bureaux, et l’autre moitié des logements. Du côté du résidentiel, nous privilégions une stratégie de diversification avec, notamment, des programmes de coliving portant sur des résidences de services pour jeunes cadres actifs. Les opportunités sont nombreuses sur ce marché sachant que de plus en plus d’investisseurs montrent une certaine appétence pour ce type d’opérations

Pour la partie bureaux, nous travaillons sur des opérations concernant des plateformes de messagerie et de logistique dites « du dernier kilomètre », proches des grandes agglomérations. Là aussi la demande est significative et les investisseurs y trouvent de l’intérêt.

Pourquoi avoir fait appel à Wiseed ? 

Nous sommes l’un des premiers promoteurs à avoir fait appel au crowdfunding en 2015, et Wiseed a été notre premier partenaire. Nous faisons un métier très consommateur de fonds propres et le recours au financement participatif nous permet d’en mobiliser moins pour chaque opération. Cela soulage le montant de la mise de départ.

Au total, nous avons pu ainsi financer une vingtaine de projets, dont 6 avec Wiseed, grâce au crowdfunding sachant que tous ont été intégralement remboursés.

Pierre Nallet
Pierre Nallet

Président d’Anahome

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :